Arpentes et songes

hâvre ludique où se rejoignent rôlistes amoureux des fantaisies fantastiques et poètes
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Attente Nocturne

Aller en bas 
AuteurMessage
kerwen
bourgeon
bourgeon


Nombre de messages : 12
Localisation : Manhay, Ardennes belges
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Attente Nocturne   Ven 1 Avr à 21:39

Voici le texte d'une petite nouvelle dans le monde d'Agone que j'ai écrite pour un ami. Même commentaire que pour Renaissance...


" Sang et Foutre, où est encore passé ce maudit Satyre ? " Kertak Tendrami, Minotaure et Censeur Éclipsiste du Criptogramme-Magicien, attendait son ami Sorofrein le Satyre. Alàs, celui-ci, comme tous ceux de son espèce, avait une fâcheuse tendance à courir tout ce qui portait jupon. Et hors de question pour Sorofrêne de recourir à la racine de Mandragore, seule substance capable de réfréner ses instincts. C'eut été prendre le risque d'attirer sur lui l'attention de la Petite Mort. Sans parler de sa réputation, bien entendu. Donc, Kertak attendait, ombre massive et cornue tapie dans la ruelle. Ils devaient aller retrouver Lublijana, leur amie Farfadine et Petite Chasseresse, car ils étaient tous trois sur la piste d'un réseau de trafiquants de Danseurs. Et la lubricité de cette chèvre inconsciente les mettait une nouvelle fois en retard !

Soudain, il perçoit un mouvement et des voix provenant de l'intérieur : deux personnes semblaient argumenter assez vivement. La porte s'ouvre avec fracas et un homme aux pieds en forme de sabots est brusquement projeté par l'ouverture. Un colosse apparaît dans l'embrasure et apostrophe le Satyre, écroulé sur les pavés : " Et que j't'y r'prenions plus à clapauter près d'mes filles, ou j'srions moins aimable une aut' fois ! "
Alors que la brute semble vouloir frapper une nouvelle fois Sorofrêne, Kertak s'interpose. Quand il voit l'immense Minotaure surgir devant lui, l'homme a un mouvement de recul : il est vrai qu'une masse de muscle de 2,30 m armé d'une hache à double tranchant, ça ne pousse pas au bellicisme.
" Je vous présente mes excuses, au nom de mon ami " Tonne le Minotaure.
Immédiatement, l'attitude de l'individu change : de la colère assurée, il passe à la terreur la plus abjecte : " Va-t-en d'là, Démon, j'voulions point avoir affaire à toi " s'exclame-t-il avant de disparaître à l'intérieur.
Le Censeur pousse un soupir de rage contenue. Ces maudits humains n'apprendont-ils donc jamais à faire la différence entre un Démon des Abysses et un minotaure Renégat ? C'était à vous dégouter de l'Inspiration !
Une voix s'élève des pavés :
-" Merci encore une fois, mon ami. Tu viens de m'éviter une altercation oiseuse alors que nous sommes déja en retard. "
Cette fois, c'en est trop pour Kertak, qui attrape le Satyre et le soulève aussi facilement que s'il s'était agi de la choppe de bière forcément vide d'un Ogre :
- "C'est la faute de ton inconséquence, si nous sommes en retard. Lublijana a risqué sa vie pour que nous puissions mettre un terme à ce trafic, et elle la risque encore sûrement en ce moment ! Je ne tolèrerais plus que tu nous mettes en danger avec tes galopinades inopinées, compris ? "
- "Du calme, du calme, voyons", rétorque Sorofrêne, " Je te signale que si cet abruti mal instruit ne couvait pas ses filles avec autant d'assiduité, il y a longtemps que j'en aurais fini avec elles.
Le minotaure repose son ami avant de commettre un acte irréparable, puis se met en marche en disant :
- " Dépêchons-nous. Tu dois encore récupérer ton cistre avant que nous n'allions rejoindre Lublijana, et nous avons déja perdu assez de temps. J'espère que notre opération ne sera pas compromise. "
Puis, avec un petit sourire :
" Au fait, elles étaient comment, les filles du forgeron ? "

***

" Allez, dépéchez-vous, de grand profits nous attendent aujourd'hui mes Disciples ! "

Lublijana observait cette bande d'illuminés depuis plusieurs semaines déja. En tant que Petite Chasseresse attitrée de la baronnie de Rochronde, elle était également chargée de contrôler le commerce de Danseurs sur la région. Et ces fanatiques se livraient à un trafic hautement illégal, et à grande échelle, en plus ! Voilà pourquoi elle avait demandé l'aide de ses amis Kertak et Sorofrêne. Mais ils étaient en retard, et s'ils n'arrivaient pas bien vite, toute leur opération tombait à l'eau. En effet, seul un flagrant délit pouvait mener à l'arrestation des contrebandiers. Mais à elle seule, aucune chance de mettre plus de 10 hommes en fuite. Et ils s'apprêtaient à partir vers les Milles-Tours, fief des Mages de toutes obédiences, pour tenter de fourguer leur marchandise à des renégats du Cryptogramme-Magicien. De la cachette où elle se trouvait, sous les combles d'un toit, elle pouvait voir les petites cages se balancer à la ceinture des trafiquants, empêchant les pauvres Danseurs prisonniers de bouger. Un sort terrible pour ces créatures dont la seule occupation est la Danse ! Ce spectacle soulevait Lublijana d'indignation.

Mais un bruit se fait entendre dans la ruelle en contrebas...

***

Lublijana abandonne un instant son poste d'observation pour examiner l'origine de ce
bruit. Une ombre massive escaladait le mur, ses paumes semblant coller à la paroi.
Son regard, habitués aux turpitudes des Danseurs, permet à la Petite Chasseresse de
distinguer l'un d'entre eux, tourbillonnant sur les avant-bras du grimpeur inconnu. À
la figure peu rassurée qu'il arbore, la Farfadine reconnaît sans peine son ami
Kertak, qui n'a jamais apprécié d'avoir à se livrer à ce genre d'acrobaties.
- Cornes de la Bête, chuchote-t-il. Je ne comprendrai jamais le plaisir que peuvent
trouver les Farfadets à se percher sur les toits glissants de Lorgol.
- Il s'agit bien de plaisir aujourd'hui, répond Lublijana du même ton en aidant tant
bien que mal son ami à se hisser sur la corniche de pierre. Vous êtes en retard !
J'ai bien cru que vous n'arriveriez jamais, dit-elle tandis que Sorofrêne se
glissait à leur côté.
- Plaint-en au bouc, ce sont ses galvaudages qui nous ont retardés. D'abord,
Monsieur joue les jolis c�urs, mais il se permet également d'égarer son cistre et
de m'obliger à le chercher longuement avec lui, pour finalement le retrouver dans
l'armoire où il prétendait être sûr de ne l'avoir rangé ! Il me désespère...
- Ah ! Mais vous savez à quel point il est difficile de renier sa Nature. Surtout
quand celle-ci est votre Mère. Ce n'est pas toi qui me contrediras, belle demoiselle.
- Sorofrêne, ne te sert plus jamais de la Dame comme d'une excuse en ma présence !
Ne t'es-tu pas déjà attiré les foudres d'un Cénacle Lorgolien par ce genre de parole
?
- Ces rustres ne comprenaient rien à l'art. Ni à la vie, d'ailleurs. Comment
voulez-vous vous accomplir en restant enfermer une ville ? Ils manquaient du plus
élémentaire bon sens. Et puis, n'oubliez pas que sans ces petits démêlés, nous
n'aurions jamais eu le plaisir de nous rencontrer, mes amis.
- En effet, à quoi avons-nous failli échapper, grince le Minotaure. Qu'importe ! Une
longue nuit nous attend, et nous n'avons déjà que trop tardé ! Lublijana, quelle est
la situation ici ?

Les trois investigateurs se penchent discrètement vers la cour pour observer le
rassemblement qui se poursuivait en contre-bas.

- Voilà deux heures que ça a commencé, reprend la Farfadine. Ils sont arrivés un à
un, rapidement très attentifs à ce que ce type, là (elle indique un homme svelte,
vêtu d'un rouge éclatant et perché sur une estrade de fortune composée d'un vieux
cageot et d'une planche branlante), qui n'a cessé de les haranguer contre
"l'intolérable liberté dont jouissent ces faibles créatures", dit-elle avec une
grimace de profond dégoût. Vous aurez compris qu'il parlait des Danseurs...
- Hrum, grogne Kertak en portant la main à ses cornes, où se nichaient les deux
frêles créatures qui rendaient possible au Censeur la pratique de l'Emprise, cette
magie codifiée par le Cryptogramme-Magicien. Le Minotaure ressentait une profonde
affection pour les petits êtres, sentiment qui était d'ailleurs réciproque, et il
lui était inconcevable qu'on puisse vouloir du mal à d'aussi fantastiques créatures.
- Attendez, les prévint soudain Sorofrêne. Un autre homme vient d'arriver.

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://altrast.skyblog.com
kerwen
bourgeon
bourgeon


Nombre de messages : 12
Localisation : Manhay, Ardennes belges
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Attente Nocturne   Ven 1 Avr à 21:41

L'homme est également vêtu de rouge. Pourpoint et bottes sont en cuir et grincent à chacun de ses mouvements. Une cape fourrée, jetée sur ses épaules dissimule ses bras. Un visage fin, encadré par des mèches noires entremêlées de métal brillant. Les trois Inspirés contemplent, révulsés, la myriade de Danseurs pris au piège de cette chevelure. Les petits androgynes semblent être eux-mêmes tissés dans les mèches, figures de souffrance impuissante.
Un Obscurantiste, sans le moindre doute. Des Mages étranges, adepte du Supplice, qui doivent torturer leurs Danseurs pour obtenir les étincelles nécessaires à leur art.
Le Mage s'avance, prend place à son tour sur l'estrade branlante sous les yeux fanatiques des humains rassemblés ici.
" - Frères ! dit-il, et sa voix résonne jusqu'aux extrémités de la cour, emplissant le moindre interstice d'une sonorité puissante.
- Le temps est venu. Depuis des mois, vous parcourez les campagnes environnantes, vous écumez les cités à la recherche de cette engeance purulente, qui cache sa monstruosité derrière une façade de grâce et de finesse. Mais je vous ai ouvert les yeux, et vous avez alors constaté par vous-mêmes la réalité : ces parasites empoisonnent nos campagnes et ravagent nos villes ! Ils sont derrières chaque perte de bétail, chaque pierre qui tombe de nos murs. Ils effraient ou fascinent nos enfants, mais dans tous les cas ils les forcent à s’éloigner des sentiers sûrs. Leur liberté est un fléau ! Un fléau que nous allons, que vous allez contribuer à éradiquer ce soir. En emprisonnant ces êtres corrompus, vous allez rendre à notre monde sa pureté originelle. Vous êtes les Messagers d’une ère de paix et prospérité.
Mais prenez garde ! Certaines personnes ne voient pas la grandeur de notre cause. Eux, les Mages du Cryptogramme-Magicien, ainsi que ceux qui surveillent et prennent soin de nos ennemis et se font appeler Petits Chasseurs, tous ceux-là restent aveugles à l’ignominie de ce qu’ils appellent Danseurs. Ils sont puissants et s’opposent à nous. Voilà pourquoi nous sommes contraints de nous cacher dans ces arrières-cours poussiéreuses. Mais viendra un jour où leurs regards s’ouvriront à la réalité, et nous pourrons œuvrer de concert à la Purification !
En route, mes Frères, en route ! Nous allons rendre à ces créatures la place d’esclave qui est la leur, en les vendant à mes frères Obscurantistes. Entre leurs mains, ils expieront dans la douleur la plus intense les forfaits qu’ils ont commis. Un juste retour des choses.


Tandis que les acclamations retentissent, les trois Saisonnins se regardent, consternés par ce qu’ils viennent d’entendre.
- Mais ils sont complètement illuminés ! Mais je m’en vais te les pendre, moi, ces tortionnaires ! Je les enfermerai dans une prison d’épines ! On verra s’ils apprécieront ! s’essouffle Lublijana.
- En vouloir à une si jolie créature, si intéressante, si pleine de vie et si manifestement inconsciente, voilà qui me dépasse ! réplique Sorofrêne, abasourdis.
- Je savais que les Obscurantistes n’ont pas un amour inconditionnel pour les Danseurs, mais de là à les accuser de tous les maux et à les persécuter de telle façon, il y a une marge de taille, s’étonne le Minotaure.
- En tous cas, poursuit-il, voilà qui change la donne ! C’est un Mage, et il contrevient aux préceptes du Cryptogramme-Magicien. Autrement dit, il est à moi.
Lublijana, Sorofrêne, débrouillez-vous pour créer un maximum de confusion. Tant que vous y êtes, libérez les Danseurs. Moi, je me charge de l’Obscurantiste.

***

Il les observait, ravis, former cette masse grouillante et unanime. Il les entendait scander des mots de mort à l’encontre des Danseurs et respirait les effluves de son pouvoir, ce pouvoir que son maître lui avait promis et dont l’ampleur grandirait au fil de sa servitude. Il ne comprenait pas pourquoi il lui fallait chasser ainsi les gracieux petits acrobates, mais il savait qu’il ferait pour contenter le Vagabond qui lui avait montré la voie de la Puissance… Voyant que la meute est prête à se mettre en route, il abandonne la suite des opérations à son élève, celui à qui il dévoilera à son tour le chemin de la gloire, et enfile une ruelle, décidé à aller faire son rapport.

***

Les hommes entassent les petites cages dans un chariot bâché, auquel est accrochée une mule. Ils comparent leurs prises, se congratulent, s’apostrophent, le tout dans la joie et la satisfaction. Le Maître est content d’eux ! Il est fier de les avoir choisis, de leur avoir montrer la vraie cause des malheurs du monde. La plénitude qu’ils ressentent est indescriptible. Jamais ils ne se sont sentis aussi important.
Tout à leur liesse, ils n’entendent pas la subtile mélodie qui tombe dans leurs esprits depuis le toit, s’infiltrant, s’insinuant, répandant d’étranges voix et murmures.
Soudain, un homme en frappe un autre, mettant toute sa puissance dans un coup dévastateur qui brise le nez et les pommettes de celui qui lui fait face. L’assaillant contemple, médusé, le sang qui goutte de son poing serré et les éclaboussures carmines qui maculent sa chemise.
Les autres crient au traître, à l’ennemi, au meurtre, mais lui ne comprend pas. Il a essayé de résister à la voix impérieuse qui a soudain résonné en lui, mais sur le moment, la seule chose raisonnable semblait être de lui obéir. Trop tard cependant pour s’expliquer, la camaraderie a fait place à la haine. D’autres coups sont donnés, des couteaux sortis, le sang gicle en corolle rouge sombre sur les pavés noircis, les visages se crispent, la colère brille dans les yeux. Oublié, le discours du Maître. Seule compte maintenant la vengeance. Qui attaque qui, impossible de le dire, la mêlée est totale. Et tandis que les cordes du cistre désaccordent l’âme des hommes, une ombre furtive se glisse auprès du chariot.

***

« C’est vrai qu’il est parfois un peu pénible à supporter, mais il faut avouer qu’il est sacrément efficace, le Satyre ! » Pense Lublijana, dissimulée sous la cariole et observant les intenses échanges physiques se déroulant dans la cour.
« Bon, allez, au boulot ! »
Elle se hisse à l’arrière du chariot, passe sous la bâche, à l’abri des regards. Le cœur serré, elle contemple les Danseurs apathiques se morfondre dans leurs prisons de métal.
« Courage, les enfants, c’est bientôt fini. » Murmure-t-elle dans un souffle. La sculpture, la forge, la Matière et sa manipulation, profane ou magique, n’ont plus de secret pour elle. D’un geste, elle effleure les cages, faisant s’effriter les barreaux, qui tombent en copeaux de rouille.
Les Danseurs, ivres de leur liberté retrouvée, bondissent à l’extérieur du chariot, tissant un réseau d’étincelles incroyablement dense qui recouvre bientôt la cour. La Farfadine profite des lézardes d’un mur voisin pour regagner l’abri des toits.

***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://altrast.skyblog.com
kerwen
bourgeon
bourgeon


Nombre de messages : 12
Localisation : Manhay, Ardennes belges
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: Attente Nocturne   Ven 1 Avr à 21:41

Le mystérieux musicien a cessé de faire résonner sa mélodie de haine dont les effets s’estompent peu à peu. Les pugilistes se regardent, soudain saisis par l’étonnement de ce qu’ils sont en train de faire.
« - Guerolne, pourquoi est-ce que je te tape dessus ?
- C’est p’tet parce que j’t’ai balancé une brique dans l’dos ? » Répond l’autre, incertain
Mais une lumière étrange les pousse à oublier pour un temps ces épineuses questions. Ils lèvent les yeux, de même que tout les autres illuminés de la cour, et voient se tresser au-dessus de leurs têtes un filet acéré d’énergie pure. Les maillons tressés s’abattent sur les hommes, broyant les chairs, déchiquetant les membres et faisant jaillir des escarbilles osseuses des corps maintenant agonisants.
Un Danseur ne vit que pour la Danse. Mais quand on est une créature d’Éclat, c’est à dire de magie pure et cristallisée, on ne tolère parfois pas que de simples mortels s’en prennent à vous…

***

Sorofrêne avait détourné les yeux de l’horrible spectacle qu’offrait à présent la cour. Voyant revenir son amie Farfadine, il la complimente :
« - Tu avais à peine investi le chariot que les Danseurs en jaillissaient. Tu te débrouilles toujours aussi bien avec les serrures ! Note que je préfère quand même quand tu combats : ça me fait toujours rire de voir ces lourdauds engoncés dans leurs armures de métal se moquer du courage que tu montres en les affrontant., jusqu’au moment où ils sentent leurs armures fondre en emportant une bonne partie de leur peau…
- Je dois à mon tour reconnaître, répond Lublijana, qu’il n’y a pas de meilleur lanceur de Tarasque au milieu d’un jeu de boules que toi ! Mais c’est quand même plus marrant quand tu les fais souiller leurs pantalons de trouille en ravivant leurs peurs du fond de leurs esprits ! »
Ils se regardent et sourient, puis décident d’aller voir ce qu’est devenu le Minotaure.

***

« Quelle belle nuit ! » Pensait l'homme. Comme il lui semblait facile de manipuler les gens ! Et pas seulement ces abrutis qu'il avait laissés derrière lui, non. Eux n'étaient que du menu-fretin que n'importe quel crétin un peu charismatique aurait pu conduire aux pires extrémités. Non, ce qui le gorgeait de plaisir, l'évènement qui lui avait fait prendre conscience de sa puissance, c'est la réaction de ses pairs au sein du Cryptogramme-Magicien. Tous ces Mages bouffis de suffisance n'avaient pas même vaguement senti sa trahison. Il était parvenu à les berner tous. Même le principal de l'Académie, le célèbre Orchal, qui a combattu aux côtes d'Agone de Rochronde, n'a rien remarqué. L'esprit embrumé de l'homme voit comme des étincelles de pouvoir qui lui dansent aux bouts des doigts. Il s'était bien senti observé à un moment ou l'autre, mais il supposait que c'était le Maître ou un de ses sbires qui s'assuraient de la bonne marche des évènements.
Voilà pourquoi il déambulait dans les ruelles sombres constituants cette zone des bas-quartiers de Lorgol sans le moins du monde se méfier.
Mais un sifflement rauque derrière-lui le fait sursauter. Maintenant attentif, il voit les deux Danseurs qui cabriolent autour de lui. Instinctivement, il secoue sa chevelure selon une cadence et un mouvement bien précis, et une dizaine de Danseurs en tombent et entament un ballet saccadé et douloureux.
Trop tard ! La danse de grâce a vaincu la danse de peine, et les étincelles bleues s'assemblent autour de l'Obscurantiste, l'emprisonnant entre des barreaux lumineux et translucides.
« Mage ! gronde une voix depuis une ruelle voisine. Pour avoir contrevenu au premier codat de la Charte cryptogrammique, qui veut la protection des Danseurs, moi, Censeur délégué par le Haut-Mage urguemand, je te condamne à une interdiction d'Emprise d'un an reconductible, ainsi qu'à une confiscation au mieux temporaire de tes Danseurs, édicte le Minotaure, le visage dissimulé par une toile noire.
- Pauvre fou, éructe l'autre. Tu penses vraiment pouvoir m'arrêter avec un minable tour d'Éclipsiste, moi, un Chorégraphe ? »
Les Chorégraphes sont des Mages incroyablement avancés dans la compréhension de l'Emprise. Ils sont parvenus à faire réfléchir leurs Danseurs comme une communauté et à les faire danser ensemble, tissant des sorts d'une puissance incroyable !
« Nul n'est au-dessus des lois, qu'il soit Chorégraphe ou simple Terne. Tu n'échapperas pas à ma sentence. Quand bien même tu te débarrasserais de moi, un autre prendrait ma place. Les Censeurs ne font jamais d'exceptions. Jamais... »
Un gargouillis étouffé se fait entendre de la même direction que le sifflement de tout à l'heure. Kertak marque un temps d'arrêt, la figure imperturbable. L'autre part d'un rire franc :
« Il me semble que ton espion vient de rendre l'âme. Mon Maître est venu te chercher. Quant à moi, il est temps que je te quitte. »
Et avant que le Censeur ait pu faire le moindre signe pour dissiper sa prison d'étincelles et agir, l'homme empoigne un de ses Danseurs et lui arrache la tête. Une gerbe semblant faite d'étincelles liquides, d'un noir vaguement lumineux, sourde de l'acrobate décapité. Son maître disparaît sans laisser la moindre trace, jusqu'au moment où Kertak demande à ses Danseurs d'annuler l'enchantement. La scène est à nouveau plongée dans le noir, et seul le Danseur mutilé et saignant gît à l'endroit précédemment occupé par le Mage renégat, triste aveu de l'échec du Censeur.
Surgissent alors des ruelles environnantes une vingtaine de silhouettes humanoïdes, armées et vêtues de bric et de broc. Leurs mouvements sont hachés, inhumain, comme s'ils étaient sous l'emprise d'un esprit supérieur qui les manipulait depuis l'ombre. Surpris de cette attaque, le Minotaure n'a pas le temps de lancer ses Danseurs. Il empoigne sa hache double et la fait tournoyer autour de lui afin de faire reculer ses assaillants. Deux n'ont pas le temps - ou la volonté - d'esquiver le coup et s'écroulent, le torse broyé par la violence de l'attaque. Le Saisonnin est une ombre de fureur. Faisant appel à sa Flamme et au pouvoir des Muses, il s'entoure d'une aura lumineuse, se protégeant des armes de ses adversaires. Les lames ricochent et ne parviennent à entamer le cuir du Censeur. Celui-ci bondit, court, frappe, rompt, pare et entaille à tours de hache, fendant les crânes et tranchant les membres des monstrueux pantins qui l'enserrent de toute part. Au bout de plusieurs minutes d'un combat épuisant, il ne reste plus aucun adversaire debout autour de lui.
Haletant, il se dirige vers le cadavre du Danseur. En le ramenant à l'Académie, il espère pouvoir retrouver son propriétaire grâce à la marque qui orne tous les Danseurs « déclarés » au Cryptogramme-Magicien. L'inspiré sent alors un poids subit sur son dos. Un dernier pantin, qui s'était dissimulé, vient de lui sauter dessus. Il plaque sa main frêle sur le visage du Saisonnin.
Kertak se fige, il sent sa Flamme s'atténuer et l'échos du chant des Muses s'altérer, se troubler. Le choeur de l'Harmonde, qu'il entend depuis son inspiration sans même s'en rendre compte, devient cassant, dissonant tandis qu'il se rassemble autour d'une voix à la fois unique et multiple. Une voix dont la puissance souffle littéralement le Minotaure et dont les échos semblent être myriade, différent de ce pouvoir qui veut réorganiser le monde à son envie. Kertak lutte, désespéré. Il savait les Muses moribondes mais était loin d'imaginer l'Ennemi si puissant.
« Vois-tu, puissant Censeur, les Muses t'ont menti, comme elles ont trompé tant d'autres personnes. Regardes-toi ! Qu'es-tu sinon un pion entre les mains du Conseil des Décans ? Tu me combats, alors que je peux tant t'apporter... »
Le Conseil des Décans, cette assemblée de Saisonnins de toutes sortes qui chapeaute le combat pour l'Inspiration en octroyant les Flammes restantes à ceux qui en sont dignes et qui lutte contre la Menace autant que faire se peut. L'homme est diablement bien renseigné s'il est au courant de son existence. Ce dernier continue :
« Que caches-tu au fond de ton être ? Quel est ce souhait que tu réchauffes à la chaleur de ta Flamme ? Oh, je sais bien ce qui te tourmente. Tu es seul, irrémédiablement, car seules les Abysses peuvent te fournir une compagne. Et moi, bien entendu. Car j'ai des liens avec les Hauts-Diables, et ils me doivent quelques services »
Un jeune homme encapuchonné se tient près de Kertak. Sa beauté est époustouflante, pourtant le Saisonnin ne parvient pas vraiment à distinguer ses traits.
« Je n'ai que deux vraies allégeances, répond le Minotaure. Ma Dame, à qui je dois d'exister, et les Muses, qui ont accordé à l'Harmonde la possibilité de mener ses affaires comme il l'entend. Nul discours ne trouvera grâce à mes yeux en dehors des leurs ! »
Il frappe l'homme d'un revers de sa hache, mais celui-ci n'est déjà plus là, et Kertak voit le pantin grimaçant qui l'avait attaqué par derrière à ses pieds, l'oeil perforé par un petit carreau d'arbalète et une rapière plantée en son sein.
« Mais qu'est-ce que tu attendais pour te débarrasser de cette larve ? demande Lublijana. Il n'était même plus armé !
- En effet, nous nous posions des questions. Tu les avais tous massacrés en quelques instants et tu en laisses un t'escalader comme si de rien était, s'étonne le Satyre.
- Je... Il m'a parlé et j'ai voulu écouter... Ce qu'il avait à dire. J'espérais en... apprendre plus sur notre affaire...
- Ouais, grommelle la Farfadine. Racontes-ça à un Onagre et il te déchaussera les dents à coups de sabots ! Tu es bien secret ces temps-ci. Tu nous faisais confiance avant.
- Et c'est toujours le cas, affirme le Minotaure. Mais on en reparlera plus tard, décide-t-il en arrachant le masque noir dont se couvre le visage quand il exécute une sentence cryptogrammique. Il faut que je prévienne la milice pour qu'ils évacuent les cadavres et que j'aille signaler le résultat de cette affaire à mes supérieurs. Quand à toi, amie, tu devrais aller faire de même auprès de la Baronne Ewelf sans tarder. C'est bien elle qui t'avait mise sur la piste, n'est-ce pas ?
- Oui, en effet.
- Un jour, il faudra que je comprenne comment elle fait pour être si bien renseignée, soupire Sorofrêne.
- Tu peux toujours tenter de gager sa couche, propose Lublijana dans un sourire
- Je me garderai bien d'une telle folie ! Je ne sais pas très bien dans quel état j'en ressortirais. La béatitude risque d'être intense, mais brève...
- Sans parler que son époux est un Censeur, et haut placé qui plus est !
- Effectivement, et quand on voit la manière dont ils se débarrassent de ceux qui leur déplaisent, acquiesce le Satyre en contemplant les cadavres qui jonchent les environs, ce n'est pas très enthousiasmant.
- Bon, si on allait boire un coup pour fêter la libération des Danseurs ? Les rapports peuvent attendre un peu, suggère La Farfadine.
- Bonne idée ! s'exclame Kertak. « L'étincelle » n'est justement pas loin !
- Quoi ? Un bar de Mages ? Non, mais t'es pas bien ? sursautent ses deux compagnons. La dernière fois, on s'est battu avec un Ogre qui refusait de nous laisser valser sur les tables.
- Vous étiez rond comme... comme des mercenaires en permission ! rétorque le Censeur, vexé.
- Et alors ? s'étonnent les deux autres.
- Bon, d'accord. Allons ailleurs.
- Je savais que tu te rallierais à notre incommensurable bon sens, le complimente Sorofrêne. Lublijana, ma douce beauté, nous te suivons. Étonnes-nous !
- Avec plaisir... »

Les trois amis se remettent en marche en riant, tout à l'idée de la bringue qu'ils vont s'offrir durant cette nuit.

Mais les paroles du jeune homme magnifique résonneront longtemps dans l'esprit de Kertak Tendrami, Minotaure et Censeur du Cryptogramme-Magicien. Un jour, peut-être, il arrivera à saisir ces accords dissonants dans la trame du monde. Peut-être un jour sera-t-il au diapason ? Il tremble à cette idée. Mais en deçà, la solitude continue son travail de sape, rongeant lentement les convictions de l'Inspiré.

« Un jour, il comprendra. Ils comprendront tous. Et le Drame pourra commencer... ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://altrast.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Attente Nocturne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Attente Nocturne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rêverie nocturne
» [AIDE] Signal de mise en attente inexistant
» Nocturne des Coteaux de la Citadelle - Liège - 3 octobre 2009
» ciel nocturne et filés d'étoiles
» Attente des résultats ... BAC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arpentes et songes :: La rose et la plume :: Sang d'encre-
Sauter vers: