Arpentes et songes

hâvre ludique où se rejoignent rôlistes amoureux des fantaisies fantastiques et poètes
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Je t'aime tant .. pour temps .. pourtant !

Aller en bas 
AuteurMessage
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Je t'aime tant .. pour temps .. pourtant !   Lun 17 Oct à 1:06

Kikou,

Quelques notes d'espoir, quand la douleur et l'absence, nous semblent trop fatales. Il y a parfois des anges, j'en ai déjà rencontré ...


Lancinant silence de ces mondes sacrés. Je regarde ce refuge blotti dans les montagnes, et j’entends les moulins à prières. Quelques oriflammes claquent dans le vent des hautes altitudes himalayennes, qui grince sinistre et austère.
Les nuages avancent vite, trop vite, comme le temps qui s’écoule, à l’infini de nos peurs englouties au plus profond de nos âmes impures. Seule avec moi même, je m’écoute, en silence, sans me comprendre, à la recherche d’un autre ailleurs, d’une jouvence, d’un point de départ au delà du port monotone de nos folies spectrales tissées dans les toiles de nos absurdes. Quelques grands oiseaux semblent perdus dans les cieux limpides tout nacrés des neiges trop blanches de ce toit du monde. Petits points de couleurs vives dans les aspérités échancrées de ces humbles horizons où se perdent nos faux semblants, les lamas, vont viennent et remplissent leurs tâches quotidiennes. Seule avec le vent comme compagnon, et ce néant qui nous hante, notre vie passée, nos erreurs flagrantes et ce cœur crevé, à l’agonie de nos amours perdues. Perles de pluie amères, qui glissent sur mes joues et je ne sais plus qui croire, et cet à pic qui me tente, comme la mare noire et stagnantes de mes incertitudes.
Je suis seule, trop seule, éperdue et perdue dans les immensités apicales de ces roches sombres poudrées de blanc. Qui suis je ? Et ses lèvres qui me manquent, je l’aime encore tant ! Je pleure, sanglots longs et tristes tout baignés de colère amère, pourquoi m’a t il quittée ?
Souvenirs épars de nos nuits agitées aux fragrances interdites de miel et de stupre, draps froissés humides et tièdes, comme le fourreau de nos ébats sublimes, autres sommets de bonheurs extatiques, saupoudrés de ce blanc nectar de vie que tu m’offrais sans compter ! Valse à deux temps qui danse sur le précaire équilibre de nos jours, juste fardée de rires et de larmes de bonheur. Et puis tes lèvres mutines et taquines qui m’offraient tant de délices et savaient cambrer mon corps aux frontières insondables du supportable. Ces moments intimes tout nappés de mille connivences de murmures malhabiles et de rires esquissés. Et tes bras puissants qui me serraient sur ton cœur, protecteurs et sûrs juste avant d’unir nos lèvres salées puis nos corps arqués. Tu mangeais mon corps, pas un recoin de ma peau n’échappait à tes longues explorations, et tu distillais mon désir dans les vapeurs opiacées de ton eau de cologne. Et cette nuit, cette dernière nuit, je savais que tu avais quelque chose, mais toute à mon bonheur, je n’y ai pas fait plus attention. Comme la rose qui cache son épine sous ses fleurs ouvertes et délicates, je n’ai vu que ton ardeur, et toutes nos sueurs.
A l’aube, je t’ai regardé t’habiller, secondes volées, encore toute ébahie des mille trésors que tu avais su me faire découvrir, en sondant mes chairs les plus intimes. Jardins secrets, cachés, tu m’as encore souri, merveilleux amant, et déjà tu savais que tu ne viendrais plus.
Une porte qui claque, sinistre et froide, encore quelques fragrances oubliées les images de ton corps athlétique qui se télescopent, opium de mes amours, et le vide immense que tu as laissé, blessant mon cœur d’une profonde balafre qui ne veut pas se refermer.
Pas un mot, juste un sourire, beau jusque dans ta fuite, mystérieux jusque dans tes yeux, et ton dernier regard plein de promesses éteintes, mon amour, tu me manques tellement.
Ode gutturale des lamas en prière, dans les souffles éthérés des puissantes montagnes, qui semblent vivre en apesanteur mourant lentement dans un trémolo plein d’écho. Mon cœur saigne, tu m’as fait mal, je sonde mes ultimes remparts, catafalques alignés de mes épitaphes amères, au plus profond de mes jardins secrets. Ton gisant luit faiblement dans la clarté éteinte de cette drôle de nuit, théâtre subtil de nos mystères échangés, alcôves ouatées de nos baisers ardents, au delà des affres de mes tourments. Le long fleuve tranquille baigne mes incertitudes cosmiques, carrefour des mondes, le passeur attend, seul, dans sa cape d’ébène, sur sa barque plate, le bon vouloir des vivants à rejoindre les morts. Là bas les moines tibétains viennent d’arrêter de chanter. J’ai peur, je suis seule, tu n’es plus là, et je me meurs d’amour pour toi. Le vent redouble, les oiseaux malmenés hurlent impuissants. Là bas les longues nattes de tissus s’arrachent de leurs mâts tristes, vivants un instant leurs vies décousues : morceaux de couleur éclatantes larguant leurs amarres affolées, comme autant de lampions dans le ciel sombre des neiges éternelles.
Rompre ses attaches, rejoindre le passeur, le gris de mes jours brille dans le noir de mes peines.
Contact charnel, audacieux destins sous les cieux déchaînés. Je sens sa main sur mon épaule. Le vide sidéral, mon cœur qui se calme, ma fuite éperdue qui semble enfin trouver sa ligne de conduite. Je me retourne, bouleversée. Il est là, petit gnome tout habillé d’orange. Son regard me transperce, je n’ai rien à lui dire, il a déjà tout compris. Il me montre le reste de soleil, et les nuages qui défilent. Puis il cueille une fleur et souffle sur les pétales, qui s’envolent doucement avant d’être pris par les vents, qui les emmènent lestement dans une danse effrénée. Alors je vois les montagnes, dont son doigt tendu épouse les silhouettes en contre jour, dans un lent mouvement circulaire. Il se retourne à nouveau, et me regarde sévère. Il me parle, une langue chevrotée, séculaire et rugueuse comme ces monts perdus dans le ciel. Je ne sais pas ce qu’il me dit, mais il est des langages que le cœur sait comprendre, sans jamais les avoir appris. Le passeur glisse dans les eaux sombres des autres mondes, il emporte un vieil homme, tout petit au regard béni, tout habillé d’orange. Il ne m’attend plus. Je suis seule, et cette fleur coupée, sans pétales, délicatement déposée au creux de ma main me dit que je n’ai pas rêvée.
Et pourtant je t’aime tant ….

Mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous


Dernière édition par le Mar 18 Oct à 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
Shandrill
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 187
Localisation : Paris dans la vie, Abyme dans mes reves !
Date d'inscription : 29/03/2005

MessageSujet: Re: Je t'aime tant .. pour temps .. pourtant !   Mar 18 Oct à 16:39

Je n'ai pas souvent les mots qu'il faut, alors je ne dirais rien, juste un regard, un sourire et un mot : Temps

Shand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enfant Lune
bourgeon
bourgeon
avatar

Nombre de messages : 19
Localisation : Venue du Ciel profond, ou sortie de l'abîme ...
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Je t'aime tant .. pour temps .. pourtant !   Mer 19 Oct à 19:47

Moi aussi je n'aurais qu'un seul mot, en ce jour .... merveilles. Les merveilles de tes mots qui éclosent, subtils papillons de nuit voletant à jamais vers une lumière inconnue, lumière de l'amour mort, au sein de régions depuis longtemps oubliées.
Tes milles mots, tes mots de sang, constellés de tâches de craie tombée dans l'encrier.
Tes histoires de magie, tes histoires de folie, tes mots pensants, tes portraits juste ...
Tes histoires aux mille secrets, tes coups de pinceau taillés dans ton âme de maître ...
Toutes ces belles histoires, qui, finalement, se résumment à viengt-six lettres ...

Merci à toi ...

_________________
Je suis à moitié malade des Ombres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unseelie.heavenforum.com/
Shandrill
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 187
Localisation : Paris dans la vie, Abyme dans mes reves !
Date d'inscription : 29/03/2005

MessageSujet: Re: Je t'aime tant .. pour temps .. pourtant !   Mer 19 Oct à 19:56

clap ! clap !
je suis bien d'accord !
vous ecrivez toutes les deux merveilleusement bien ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salvatos
bourgeon
bourgeon
avatar

Nombre de messages : 17
Age : 28
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 15/07/2005

MessageSujet: Re: Je t'aime tant .. pour temps .. pourtant !   Jeu 20 Oct à 0:42

C'est là la raison de ma signature Very Happy
Ne vous arrêtez pas, même si j'écris peu j'aime à vous lire, tout cela est magnifique (et pourtant si triste) I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://salvatos.x10hosting.com
Scap
bourgeon
bourgeon
avatar

Nombre de messages : 24
Localisation : Nancy, cité des Joutes du Téméraires
Date d'inscription : 29/08/2005

MessageSujet: Re: Je t'aime tant .. pour temps .. pourtant !   Mer 26 Oct à 1:23

Gifle monumentale
A lire cette déclaration d'amour viscéral.
Et je ne trouve pas en lisant ces mots intimes,
Le moyen de ne pas être pusillanime.
Las ! Je ne peux offrir que de la compassion
Et sécher les larmes qui coulent à foison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entreri
bourgeon
bourgeon
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 24/11/2005

MessageSujet: Re: Je t'aime tant .. pour temps .. pourtant !   Jeu 24 Nov à 20:42

Les anges ? Toi aussi Gaëlle tu rencontres des anges ?

Les anges, ces créatures tellement mystiques qui pour moi son des souvenirs plutôt douloureux !
Il est difficile de parler de cela alors que je viens juste d’arriver chez vous mais si les êtres que j’ai rencontré sont des anges alors je préfère dire qu’ils ne recèlent point de secrets précieux. Ils sont plus vides et plus profonds que vous mêmes, compagnon !

Je prend beaucoup de plaisir à te lire Gaëlle, encore félicitation ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entreri69.spaces.live.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je t'aime tant .. pour temps .. pourtant !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je t'aime tant .. pour temps .. pourtant !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Ces voitures qu'on aime tant"
» Pourquoi je t'aime tant ?!
» [Poème] - Dire au revoir à ceux qu'on aime - PG
» JE T AIME TANT, MA PUCE...
» Le E-Revo de TroWa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arpentes et songes :: La rose et la plume :: Secrets partagés-
Sauter vers: