Arpentes et songes

hâvre ludique où se rejoignent rôlistes amoureux des fantaisies fantastiques et poètes
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Lucie for ever !

Aller en bas 
AuteurMessage
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Lucie for ever !   Mar 19 Avr à 1:28

Kikou,

Parfois aussi la vie est douloureuse, j'ai appris ce matin qu'une petite fille dont je m'occupais avait choisi de s'exiler dans le pays des anges, pour ne pas voir les démons qui chaque jour la hantaient, et que je n'ai pas su aider !
Amer constat d'un soir sans lune.


L’outrage parfois n’est pas celui qu’on croit, il est plus perfide, plus latent, larvé devrai je même dire. Il s’insinue subrepticement tout au fond de notre âme, et reste là, tapi, de longues années, perdu au milieu de nos idées noires, de nos ailleurs insondables de nos songes, de nos cauchemars.
Et puis un jour au cours d’une discussion anodine, il réapparaît, livrant avec lui des milliers d’images volées, interdites, ignorées, oubliées, cachées qui viennent nous frapper au visage, et nous bleuissent les joues de cette drôle de honte toute teintée de pudeur.

Alors nos yeux s’illuminent de milliers de larmes, aux éclats de révolte, et, atterrée, on subit de plein fouet cette insultante rêverie, qu’on aimerait tant oublier … à jamais.

Et moi qui rajoute encore de cette honte, en appuyant sur ces souvenirs incertains, afin d’éclairer un peu plus les chemins maladroits d’une acceptation des choses, dans le but de panser ces plaies trop longtemps délaissées mais jamais oubliées.

Mais l’âme attise des circonvolutions extatiques autour de son orgueil servile et maladroit. Il semble museler la prise en compte des choses, et empêche ainsi à l’enfant de faire son deuil et tout le travail qui l’accompagne, afin de retrouver un semblant de sourire.

Et de cela, je ne m’en suis pas aperçue.

Alors après une séance houleuse, où se mêlaient les ombres détestées d’un passif ancien aux couleurs de « violet », et l’agonie d’une prise de conscience trop tardive et inavouée, je n’ai pas su prendre en compte le duel que livrait cette enfant d’à peine quinze printemps.

Submergée par la déferlante d’une honte trop présente, bannie à jamais des rires joyeux et cristallins de son enfance avortée, elle ne s’est pas confiée, enfermant à jamais ce secret inavoué, victime d’un bourreau dont elle prenait la faute, jusqu’à se persuader qu’elle en était la cause.

J’ai longtemps parlé, pourtant, longtemps lutté contre cette porte close, qui voilait à jamais l’horrible vérité.

Que de larmes et de peines pour ce petit ange, perdu sur les trottoirs d’un monde avilissant, qui n’a pas pris garde aux cruels reflets, des éclats de stupre qui animent quelques fous.

Ephémère vision d’une rédemption dont elle n’a pas voulu, elle s’est laissée partir vers un monde différent, au delà des hommes et de tous ses chagrins, perdue à jamais sur les folies d’un ailleurs, qui de la vie ne lui montra que le pire.

Combien de gouttes de sang perdues avant de s’évanouir, combien de coups frappés à la porte de ses malheurs, à regarder sa vie, doucement la quitter, alors qu’à quelques pas j’étais là pour l’aider ?

Oubliée des autres, petit cœur perdu, sans droits, sans haines et tout plein de remords, pourquoi n’a t elle pas eu ce sursaut de survie, elle qui toujours croyait à la bonté d’un prince, qui viendrait la chercher toute auréolée de lumière ?

Morte dans une cave sombre comme un rat qui se noie, porte qui se ferme, barreaux qui masquent à jamais la beauté de ce à quoi elle ne croit plus.

Et moi qui n’ai rien vu !

Adieu petite Lucie, comme tu le disais souvent tu es maintenant au pays des lucioles, et tu brilles pour moi, tout à côté du soleil, comme un petit astre perdu dans la nuit des grands, errant dans le brouillard de tes incertitudes, jusqu’à trouver un bien futile destin, triste lame de rasoir qui t’a tranchée les mains.

Ce soir mon cœur est lourd, perdu à demi dans les affres incertaines de mes propres certitudes.

Parfois les souvenirs sont de perfides compagnons, qui marquent nos âmes d’une tristesse infinie, à jamais gravée dans les secrets de nos jours, jardin d’hiver où j’irais te planter une rose blanche, Lucie, pour ne jamais t’oublier et essayer, peut être, de me pardonner.

Mille bises à vous, amis des toiles éphémères, dont la secrète écoute me permet de résister.

Mille mercis

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Lucie for ever !   Mar 19 Avr à 9:19


Mille pensées de soutien pour un coeur grand comme la Terre. Mille pensées bien que cela ne soit pas assez.


Dernière édition par le Ven 9 Déc à 0:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
Shandrill
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 187
Localisation : Paris dans la vie, Abyme dans mes reves !
Date d'inscription : 29/03/2005

MessageSujet: Re: Lucie for ever !   Mar 19 Avr à 21:02

mon expérience personnelle me fait penser, que, parfois, certaines choses sont comme écrites, meme si on fait tout notre possible pour qu'un personne aille mieux, meme si on essaie sincérement de la comprendre et qu'on crée un lien "empathique" avec cette personne, meme si on l'aime de toutes ces forces pour lui dire "reste !"...cette personne ne pourra se sauver qu'elle meme, parce qu'elle le veut, parce qu"elle croit.
facea ce genre d'abandon, la souffrance est extreme...pourquoi ? pourquoi ne pas croire, pourquoi ne pas continuer, ne serait que pour essayer.

Je n'ai malheureusement pas de reponses a cette question, mais je suis sure gaelle, que tu n'as aucune culpabilité à avoir, parce que tu n'y peux rien , parce que parfois la souffrance et la douleurs sont si profondement ancrés dans un etre que personne ne peut ni ne pourra l'atteindre.
Je crois cependant que la vie est faite pour essayer, pour y croire, et que rien qu'en essayant d'aider quelqu'un, tu montres a la personne en detresse que l'espoir ca peut marcher, quel'espoir, ca marche !

je te donne tout mon courage gaelle, et espere de tout mon coeur que ta flamme ne vacillera pas, parce que tant d'autres lucioles ont besoin de toi, tant d'autres lucioles ont besoin de venir se rechauffer le coeur pres de toi...

géraldine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Lucie for ever !   Mar 19 Avr à 23:19

Au delà de la peine, il y a ce sentiment d’impuissance, cette sorte d’injustice récurrente, qui enlève une vie au gré d’un battement de ses cils d’hiver.

J’ai souvent pensé à ces théories sulfureuses aux relents jansénistes, sur la prédestination comme tu le dis si bien chère Géraldine.

Je n’y ai jamais trouvé la moindre réponse, même s’il est vrai que souvent, j’aimerai me réfugier derrière ce destin inné et inaliénable de chaque être vivant, qui suit une trace unique et prédestinée, qui lui est propre et sur laquelle il ne peut pas intervenir.

Au delà de ces destins perdus dans les méandres de nos arcanes incertaines, il y a ce refus de ne pas pouvoir aider quelqu'un, cette impuissance, ce mur infranchissable qui me sépare de l’abandon de l’autre, de sa terrifiante déliquescence dans laquelle il s’enferme et se noie, s’isolant de ses mains tendues tout autour de lui.

Qui sont ces diables qui massacrent de petits êtres fragiles, voleurs d’innocence comme tu le dis si joliment Kartafla, qui ne reculent devant aucun sacrifice pour assouvir leur désirs pervers et fous ?

Comment se battre pour quelqu'un qui se résigne, qui accepte sa douleur s’emmure dans sa tristesse et ne veut pourtant pas hurler sa peine ?

Comment dénouer cette terrible peur, lui ôter toutes craintes, lui permettre de trouver les mots qui atténueront ses maux ?

Comment franchir ses murailles, et instiller un espoir, dans ces cœurs fragiles égratignés, malmenés ?

Comment offrir une confiance, engager un dialogue, échapper à l’outrance d’une fin trop subite, quels mots employer dans ces moments là, ultimes remparts à la folie fatale ?

Il est des drames que les mots ne permettent pas de décrire, des horreurs quotidiennes, juste à côté de nous. Folies délurées loin des consciences collectives, venins mortels pour de petites filles, pour de petits enfants, incrédules et outragés avant même de comprendre le sens de la vie, salis avant d’avoir découvert la beauté de ce monde, pervertis et ivres de souffrances, résignés et muets, tristes à en mourir, qui parfois se forcent à sourire, pour ne pas se doubler d’une image négative auprès de leurs copains.

Seuls, face à ce désert trop triste, ils errent apeurés au milieu des cercueils de leurs espoirs avilis, linceul diaphane qui recouvre leurs si courtes vies !

Et que dire de ceux qui recroisent leurs bourreaux, sans révoltes, juste par peur des grands, hurlant au vent de leurs tristes certitudes chaque fois que l’acte barbare inflige sa gifle terrifiante à l’essence d’une âme qui se construit ... se détruit !

Que faire pour assouvir ces peines immorales, pour offrir un gîte à celle qui ne sait que fuir, lui montrer qu’on l’écoute, qu’on ne la juge pas, qu’elle n’est pas responsable de la dérive des grands ?

Quel chemin dessiner, pour lui donner un sourire, et lui rendre sa vie, que d’autres lui ont pris ?

Quelle caisse imaginer, comme dirait St Ex, pour lui donner l’exacte description de ce bonheur auquel elle aspire, auquel elle a droit, comme tous les enfants de son âge ?

Et ce mur toujours plus grand, toujours plus haut, opaque à en mourir !
Chaque enfant malmené, mutilé, vit sa vie avec ses propres peurs, ses propres songes, ses propres souffrances.
Le chemin n’est jamais le même, pour lui donner l’occasion de se reconstruire, lui offrir un peu de réconfort, et la force de parler de ce qu’il a subi.
Les méandres incertains de ses balbutiements enfermés dans les brumes de ses peurs, de ses craintes, de ses souffrances, et sa perception de la violence dont il sait qu’il a fait l’objet, qui tournent et retournent dans sa tête, brûlant son âme trop fragile, pèsent sur ses choix, l’obligeant à réagir.
Il peut se taire, tout garder, s’emmurer, et se perdre dans les affres de sa folie, il peut le dire, en parler, exorciser et se reconstruire tout doucement, sans jamais en sortir indemne, ou il peut errer sans buts aux confins des pôles de ses valeurs, de ses idées, et décaler d’autant sa ligne de conduite, pour finir dans des drames terrifiants qui le marginalisent encore d’avantage (trottoirs, drogues, psychotropes, anxiolytiques, anorexie…) comme s'il fallait qu'il se punisse encore et encore !

Quels mécanismes le poussent alors à s’automutiler d’avantage que ce qui l’a poussé à ces extrémités ?

Que recherche t il ?

Se punir ?

Punir les autres, ceux qui n’ont rien vu, ceux qui ont abusés de sa candeur ?

Un refuge dans un monde parallèle, en complète déliquescence, pour se lover dans un calme précaire totalement artificiel qui l’empêche de se souvenir de réfléchir, d’infléchir sa vie brisée ?

Quels sont ces sentiments qui l’obligent à s’anéantir et parfois, même à s’effacer de ce monde qu’il ne comprend pas, de ce monde hypocrite, qui l’a laissé tomber, qui l’a blessé, sans rien se reprocher ?

Comment lutter contre ses errances qui le conduisent inexorablement vers un néant immense, dans lequel il va se perdre à jamais ?

Comment arriver à le raccrocher à la vie, même si elle l’a blessé, lui redonner espoir, lui redessiner un sourire sur son visage sévère, d’adulte enfant, qui a grandi trop vite ?

Lucie pardonne mon impuissance, mais devant ce mur je ne suis qu’une enfant, et je n’ai pas le pouvoir de te prendre les clés, si tu te refuses à me les donner !

Je n’ai pas souvent connu d’échecs, en dix ans que je fais ce métier, je n’ai connu que deux fois les affres de ces tourments, un sourire qui se fige, loin des rires d’enfants, un rêve qui se brise, fracassé par des grands, et des yeux qui se cherchent, et qui ne trouvent pas d’abattis et une âme qui s’évade vers un ailleurs illusoire vers une fin précipitée !

Pardonne moi Lucie, mais ton désespoir, à l’unisson du mien m’a offert une nouvelle clé, qui me servira sûrement, pour aider d’autres enfants, aux prises avec des grands !

Adieu Lucie, rose éphémère, tuée par les épines de ceux qui t’ont cueillie sans égards, sans écouter tes cris. Ton essence ne quittera plus jamais le jardin de mon cœur, et peut être que là haut, tu me donneras la force de briser ces murailles, qui isolent encore bien trop d’âmes tristes !

Adieu jolie luciole, petit ange de quinze ans !

Au delà de ces mots, j’exorcise mes démons, et vous m’offrez une force que vous ne soupçonnez même pas, amis de toile, lorsque je lis, transie, vos murmures chaleureux.

Mille mercis d’être vous
Mille mercis d’être là
Mille mercis d’être mes amis

Mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
Phénalène Durchêne
bourgeon
bourgeon
avatar

Nombre de messages : 28
Localisation : Toujours à surveiller ma Cygneline
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Lucie for ever !   Mer 20 Avr à 16:42

Personne ne peut se permettre de porter seul le monde sur ses épaules.
On ne peut soigner tous les mots de la terre,mais juste éviter dans apporter d'autres...
Mais il faut savoir aussi se préserver soi même des souffrances endurées et multiples...pour pouvoir s'endormir en paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alambrine Picsumac
bourgeon
bourgeon
avatar

Nombre de messages : 35
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 22/03/2005

MessageSujet: Re: Lucie for ever !   Mer 20 Avr à 21:19

Parfois, aucun mot n'est necessaire, juste une oreille attentive, une écoute. Je comprends cette impuissance et cette frustration qui réside en toi. Chaque personne qui a un jour voulu aider quelqu'un dans la détresse à croisé ce mur, grand froid et lisse. Infranchissable protection contre le monde...
Bref je te donne juste mon oreille pour t'écouter et mon épaule pour te reposer et faire le deuil.
Afin que nous n'oublions pas Lucie mais qu'elle reste cette belle luciolle dont tu nous as parlé.
Merci pour ses mots Gaelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/bribrine
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Lucie for ever !   Sam 23 Avr à 22:49

Au delà des peines il y a sûrement un ailleurs, une sorte d’Eldorado vers lequel on se dirige, naturellement, juste pour évacuer les mille tensions que la vie nous inflige.

Au delà de cette étrange alchimie, dans laquelle nous sommes simplement confinés, entravés, guidés par une infatigable roue qui tourne à la manière des hautes éoliennes, brassant puissamment les secondes d’une vie à peine ébauchée, comme ces grandes pales qui créaient des volutes de fumées, dans les bars suffocants de La Havane.

Etranges paysages, où se déroule le temps qui passe, comme une écume sur nos jours tristes, qui rejoint les hautes et denses opacités opiacées et tourbillonnantes sous le soleil implacable des Caraïbes.

Combien d’êtres, en transit, vont se perdre dans les reflets dorés d’un verre de whisky, chercheurs impénitents de cet Eldorado vers lequel les poussent leurs innombrables songes ?

Carrefour des errances incertaines, dans la sueur des tropiques, ils noient leurs tristes récurrences dans la nostalgie effacée des derniers conquistadors, à la recherche d’un ailleurs, au sein duquel ils s’accepteraient enfin.

Déraisons d’infortunes, ils se perdent dans les méandres enfumés de ce dernier port, aventuriers échoués dans un paradis artificiel, redoutables corsaires, impitoyables compagnons de la flibuste, ils ne sont plus que des ombres au pays des vivants.

Parfois il m’arrive d’aborder leurs sabords, triste canon éteint sur les tonneaux de leurs souvenirs, et je partage quelques instants ce repos d’oublis, ardente impasse de mon désespoir.

Au delà des magies sémantiques, un cœur barre un galion oublié, espérant retrouver la grandeur d’antan, dans les effluves d’or et d’opium, sur la route du rhum. Etrange navire oublié, bateau ivre, lavoir de songes éteints, il court le long des golfes amers, à la recherche du temps perdu, révolu.

Alors qu’une larme rebelle coule sur mes joues, je sens une petite main s’emparer de la mienne. Je me laisse guider par cette enfant magnifique, toute blonde et bouclée, avec autant de taches de rousseur, que d’étoiles dans le firmament de mes affres.

Elle m’écarte gentiment de ces traces d’impasse, effleure ma joue de sa main douce et malhabile, efface ma larme, et sourit comme seule une enfant sait le faire.

Alors, au delà de la nuit de cet ange, loin des volutes de ces fumées épaisses, je regarde se lever le soleil, par delà le bastingage de mes songes.

Eblouie je la suis, et je regarde la longue file de ces fillettes qui attendent de l’aide, et peu à peu, je reprends mes esprits, refermant, pour un temps, la porte de mes tourments.

Elle me montre ceux qui m’aident et m’écoutent avec tant de douceur, sur la toile de mes étranges films, où se déroule ma vie, mes craintes, mes peurs, mes joies, comme un murmure partagé au sein d’un salon feutré.
Doucement je referme les écoutilles, elle m’embrasse gentiment, me laissant seule sur les rives incertaines de ces autres enfants dans l’impasse.

Le vent tend la voile de ma vie dans les arcanes de mon destin, et je rouvre mon âme à ceux qui en ont encore besoin, arrêtant de me perdre dans mes ailleurs insondables, pleurant sur moi, alors qu’il y a tant de peines tout autour de ce « moi » trop présent parfois.

Jamais le galion n’est allé si vite, dépassant les contreforts de ces ports perdus, qui accueillent un temps les dérives de ceux qui souffrent, leur offrant un inconnu de doutes dans une mer de maux. Doux Eldorado d’infortune.

Mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Lucie for ever !   Sam 23 Avr à 22:50

Kikou,

Merci pour vos gentilles attentions, vous ne pouvez pas vous imaginer combien cela fait chaud au coeur, quand on traverse ce genre de passage, étrange et oppressant.

Lucie sera à jamais dans mon coeur, je me suis adossée à vos oreilles attentives, vos épaules fortes dans ces moments de deuil, afin de refaire surface.

C'est vrai qu'il reste tellement à faire !

Tu sais Phénalène, je suis heureuse de ne pas encore avoir le coeur trop endurci, même s'il est vrai que cela me préserverait.
Mais je ne voudrais pas ressembler à certaines de mes collègues, qui ne s'en font plus du tout, qui traitent les "cas" en bonnes fonctionnaires, utilisant les bons formulaires, et s'arrêtant d'aider les gens dès que cinq heures s'affiche sur la pendule.

J'aime les gens, et je ne peux pas les traiter avec indifférence, au delà de ce qu'ils représentent je veux les connaître, apprendre d'eux, comprendre, les écouter pour qu'ils reformulent et qu'ils trouvent les clés de leurs rédemptions.

Tu ne peux pas imaginer ce que c'est que de revoir un sourire sincère, s'afficher sur une bouche maussade, encore toute pleine de traumatismes.
Cette chaleur qui monte du fond de soi, qui brûle et qui emporte notre joie soudaine, ces larmes qui se confondent, à deux, lorsque l'on se serre l'une contre l'autre, conscientes d'avoir vaincues quelques nouveaux démons.
Même s'il est vrai que je travaille dans l'affect, et qu'il n'est pas conseillé de le faire, je n'imagine même pas qu'il puisse en être autrement, dans cette mission si riche en contacts, rencontres complicités partagées et connivences.
Même si je sais que tu as sans doute raison, je ne pourrai jamais être ainsi, car je n'imagine pas de ne pas compatir à la douleur d'un regard trop vide d'espérances.

Mille mercis

Mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Lucie for ever !   Lun 25 Avr à 16:00

Bonjour Gaëlle,

C'est nous qui devons te remercier. Je parle au pluriel, mais je pense que tout le monde sera d'accord. C'est plutôt à nous de te remercier.

Merci donc d'avoir créé ce havre de sollicitude, ce petit port pour marins naviguant sur l'onde infinie de la toile au hasard des courants, avec pour seul compas la clarté des étoiles.
Merci pour ce petit port d'attache, ce refuge d'étape, merci de partager un peu de toi.

Je rejoins les mots de Phénalène: on ne peut pas toujours se donner entièrement et embrasser tous les malheurs sans y perdre un peu de son intégrité. Je t'admire pour cela. Il faut un coeur immense pour y arriver, un optimisme à toute épreuve, un regard doux sur l'humanité.

Puisse les anges guider le galion tranportant tes richesses. Puisses-tu y accueillir, tout en te préservant de la folie des hommes, les âmes en peine et souffler dans tes voiles un puissant vent d'espoir.

Mais donne toi un peu de toi aussi. A tant donner aux autres, on en oublie qu'on est également fragile. Prends soin de toi aussi.

Et encore merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lucie for ever !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lucie for ever !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LO de Lucie Durbiano
» Lucie Sombret
» Derain Lucie
» Mes Pin y pon et lucie village
» Le rouge vous va si bien de Lucie Durbiano

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arpentes et songes :: La rose et la plume :: Sang des Muses-
Sauter vers: