Arpentes et songes

hâvre ludique où se rejoignent rôlistes amoureux des fantaisies fantastiques et poètes
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Extraits, morceaux choisis au fil des lectures

Aller en bas 
AuteurMessage
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Mer 6 Avr à 1:30

Quelques extraits pour découvrir des auteurs, quelques passages à partager ...


Dernière édition par le Mer 6 Avr à 1:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Mer 6 Avr à 1:37

Voici une fable sur l'homme et la nature de Boris Cyrulnik extraite des Nourritures Affectives

ça fait un peu long à lire dans un seul message. Donc je la posterai en plusieurs fois petit à petit pour que vous ayez le temps de lire.


==================================================

« Si un lion pouvait parler, nous ne pourrions pas le comprendre » […]
L’auditoire scientifique, dans l’ensemble, avait accepté cette idée qui lui permettait de faire une partition du monde : la nature naturelle pour l’animal et une nature surnaturelle pour l’homme […]
Or il se trouve que très récemment, dans le parc national de Karakoroum, des éthologues indiens viennent de découvrir une bande de lions sachant parler […]
Il s’ensuit que, contrairement à ce que disait le professeur Wittgenstein, nous savons maintenant que les animaux ont toujours su parler mais que nous ne savions pas les comprendre. Depuis que nous avons appris à décoder le langage des lions, ils nous tiennent trois discours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Mer 6 Avr à 1:40

Nous comprenons sans peine leur plaidoirie pour la survie, quand ils nous expliquent que les crocodiles, les tortues, les lézards, les oiseaux et les mammifères organisent leur existence sur les thèmes de l’autodéfense et de la conservation de l’espèce. Nous entendons leurs arguments car nous faisons de même […] Leurs plaisirs sont analogues aux nôtres quand ils lézardent au soleil, quand ils couvent leurs petits, quand ils gambadent de joie ou se bécotent tendrement. Nous comprenons leur frayeur quand ils s’enfuient devant le prédateur avec qui toute négociation est inutile, alors qu’ils se soumettent à un congénère agresseur pour préserver quand même un contact avec lui.

Nous les admirons quand ils nous expliquent comment tisser un nid en tricotant des herbes, comment confectionner un lit en entrelaçant des feuilles, comment mâcher un bois tendre pour en faire une éponge ou comment ébrancher une tige pour en faire une canne à pêcher les termites.

Malheureusement, les lions ne peuvent pas écrire à cause de leurs grosses pattes où leur pouce n’est pas opposable à l’index. Alors, ils ont rugi leurs biographies en les dictant aux éthologues indiens. Ils ont raconté que les grands thèmes de leur existence concernaient surtout la défense de l’espèce et l’apprentissage des rituels.
Nous leur fîmes remarquer que les biographies humaines ne traitent pas d’autres choses quand elles racontent les romans d’une famille dans la tourmente qui a pu se sauver et offrir à ses enfants un milieu pour vivre, aimer et travailler. L’amour triomphant dans l’adversité fournit chez l’homme comme chez les lions le thème principal de leurs œuvres d’art.

A l’école, les lionceaux apprennent leurs rituels au cours des jeux et des petites bagarres où ils découvrent leur corps et celui des autres, testent leur inventivité et prennent place dans leur groupe d’appartenance. Ils mettent en place les thèmes de la chasse et de l’amour qui plus tard organiseront leurs biographies sociales et sexuelles.
Quand les lions ont dicté les bouleversements de leur adolescence, les hommes n’ont pas été surpris d’apprendre que les modifications de leur corps avaient provoqué d’étranges sensations, quand les poils de la crinière avaient orné leur nuque, quand les jeux avec les femelles avaient soudain changé d’affectivité tandis que leur voix s’enrichissait de fréquences graves.
Les lions ont fait écrire un gros chapitre sur la tendresse : comment se côtoyer quand on s’aime, comment voyager en groupe comme des complices à la force tranquille, comment avoir un œil sur sa femelle, adopter ses petits, se disputer, se réconcilier, prendre la place de mâle dominant au cours des repas quand la lionne sert une gazelle encore chaude… La vie de famille, quoi.

Si les animaux savaient parler, toutes les espèces tiendraient ce même discours de la survie et toutes se comprendraient. Ils diraient en substance, mais dans des langues différentes : « Nous sommes sur terre sans trop savoir pourquoi, mais nous tenons à y rester. Laissez-nous prendre une toute petite place au soleil. Notre survie, agréable et difficile, donne un sens à notre vie et nous contraint à apprendre les comportements d’adaptation que nous avons parfois du mal à acquérir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Jeu 7 Avr à 1:32

le deuxième discours

Si les lions savaient parler, leur deuxième discours, celui des émotions, nous intéresserait encore mais nous choquerait parfois. Chaque espèce s’émerveillerait de ce qui vaut pour l’autre. « Comment peut-on vivre dans un monde d’odeurs ? » dirait le goéland qui préfère les couleurs. Les lions, dans un style ma foi bien écrit, raconteraient leur univers odorant, ils expliqueraient que l’olfaction permet de vivre dans un espace où la quatrième dimension est remplie par les molécules vaporeuses. Ce goûter par le nez donne un échantillon palpable de l’autre, comme s’il était présent dans le temps et localisé dans l’espace, alors que seul son odeur est là, tel un indice.
Cette confidence amusa beaucoup les mouettes rieuses qui expliquèrent, alors, que l’odeur était vulgaire, bestiale presque, et que seule une offrande alimentaire gouvernait les émotions et marquait le passage à une culture animale […]

Chacun, grâce à ses mots, communiquait à l’autre son propre monde d’émotions et chacun, découvrant d’autres valeurs sensorielles, qui ne valaient rien pour lui, s’esclaffait bruyamment et méprisait un peu. Les singes se considéraient comme des hommes, les chiens comme des surchiens et même les lions pourtant royaux, désiraient se rapprocher de nous. [..]

Le discours précédent, qui parlait de la survie, s’adressait à tous les animaux de la création, mais le discours émotionnel faisait apparaître des différences entre les espèces, et même les individus : face à un même événement, certain lion bavard éprouvait des émotions différentes de celles d’un prochain lion bavard élevé autrement !

Un lion devenu vieux, « chargé d’ans et pleurant son antique prouesse », avait un jour raconté comment, dans son enfance, sa mère, soudain malade, n’avait pu la force de le sécuriser. « Le malheureux lionceau, languissant, triste et morne ... », en cessant de jouer, avait mal appris à se socialiser. Lors de chaque situation de compétition, il se mettait à trembler, et un jour devant une gazelle blessée, il n’avait osé l’approcher, s’attirant ainsi le mépris de ses voyous de frères.
Un homme pouvait entendre et se sentir concerné par une telle narration qui évoquait en lui un souvenir analogue. Mais ce qui vaut dans une vie d’homme, ne vaut rien dans une vie de lion. L’animal fut bien étonné quand l’homme lui raconta que lorsqu’il était enfant, il avait cessé de jouer et de socialiser le jour où, tout tremblant, il avait surpris sa mère dans les bras du voisin. Le lion à qui la même histoire était arrivée, n’en avait pas fait tout un plat. […]

Il n’empêche que l’homme et le lion, tous deux, avaient attribué un sentiment de vérité, de réel et d’importance affective à des événements qui, éprouvés intensément dans chaque monde intime, ne valaient rien dans le monde de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Ven 8 Avr à 17:15

troisième et dernier discours


Pour le troisième discours , celui des abstractions, quand l’homme seul se mit à parler, c’est le lion qui fut hébété : « Ah ! C’est trop, lui dit-il : je voulais bien mourir ; mais c’est mourir deux fois que souffrir tes atteintes ! Nous les lions nous tuons sans violence. Notre émotion est douce quand nous égorgeons une gazelle. Nous cédons notre place à notre dominant avec respect. Nous éprouvons une tendre gaieté à nous laisser bousculer par nos petites affamés. Nous ne tuons qu’une fois, alors que vous, les hommes, vous tuez mille fois pour des événements survenus il y a mille ans. A chaque génération, vous répétez vos crimes, vous reproduisez l’histoire. Vos émotions échappent à l’effet régulateur du contexte parce que vos paroles créent un monde d’idées trop souvent coupées de la réalité sensible ! Vous mettez vos enfants dans un monde façonné par le récit des autres qui organise vos cultures et justifie vos massacres, invente vos merveilles et innocente vos horreurs ! » disait ce lion courroucé qui venait de terminer mon livre.

Jamais une société n’est tombée du ciel, jamais un homme n’a pensé : « Tiens, si on interdisait l’inceste…cela ferait une culture ». Le monde humain s’est modelé sur la glaise des émotions : il a fallut des corps pour désirer, des sens pour coexister, et des paroles pour conquérir le temps.

Mais dès que l’homme est devenu capable d’histoire, il s’est rendu coupable d’histoires. Le passé ne meurt jamais, pour un homme qui en fait des récits, alors que chez le lion il ne laisse que quelques traces.

A force de le raconter, on finit par donner corps au mythe qui crée en nous un sentiment de vérité aussi authentique que la perception d’un objet. Nos cultures hallucinées confondent le réel avec l’idée qu’elles se font du réel. Nous habitons un monde que nos paroles inventent, sans soupçonner le pouvoir de nos mots. Un jour, le premier homme a dit à la première femme : « Tu es belle et je t’aime … » ; trois millions d’années plus tard, cette phrase a donné quelques milliards de descendants !

Les hommes parlent trop peut-être ?



voilà voilà, merci d'être arrivés jusqu'au bout flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Dim 10 Avr à 19:18

Kikou,

Etrange perception, étrange pouvoir des mots, qui érigent et dogmatisent des évènements passés en moments d’Histoire.

Paradoxe cartésien, faut il parler d’Histoire, faut il oublier d’en parler, à force de croyances on tue la croyance certes, cette idée fondamentale est vraie, mais elle est tout aussi fausse.

Les contextes changent, et la société évolue. On se réfère à l’Histoire, de moins en moins d’ailleurs, mais juste à titre de comparaison, histoire de signifier au monde, que ce que nous entreprenons aujourd’hui n’est pas pire que ce qui a déjà été fait.

Oui, mais au delà de ça il y a le reste, toutes ces étranges significations dogmatiques qui fondent les croyances.
Peut on s’en passer et tuer nos passés dogmatiques, afin de nous priver de nos références ?
Que deviendrons nous, pauvres mortels, sans la sagesse érudite de nos aïeux et les gardes fous quelle nous a donné ?

Fabriquer des mythes et y croire, jusqu’à s’en persuader et forger une réalité qui n’a d’ancrage que le souvenir altéré de quelques anciens propos, difficilement transcrits par la plume malhabile d’un illustre inconnu.

Pourquoi refuser notre petite condition d’humains mal inspirés ?

Croire à un réel qui n’a de vérité que l’irréel absurde dans lequel il se forme ?

Broder un réel irréel à force de mots sublimés par la quintessence hallucinée d’une vérité oubliée. Les mots nous permettent de créer des illusions vraies, qui forment et déforment les imaginaires, jusqu’à sombrer dans l’inconscient quotidien et collectif.
Ainsi érigés en dogmes formels et unanimement acceptés les passés se fondent en une Histoire à laquelle on se réfère, pour ne pas nous perdre à notre tour dans le dédale des inconnus sublimés de nos vies incertaines, et braver ainsi l’insécurité d’une multitude de contextes mouvants dans lesquels on se perd et qui nous effraye. Figer une idée du passé, même si les mots déforment quelque peu cette vérité, est plus commode à nos pauvres esprits que d’affronter un océan de doutes ponctués par une multitude de questions sans réponses.

Le lion est il pour autant plus serein, plus heureux ?

Non, car l’idée même du bonheur est une extrapolation humaine.

Le lion est « heureux » lorsqu’il satisfait à tous ses besoins naturels.

L’homme n’est jamais heureux, car il est en quête à la recherche de son devenir. Doué, il s’interroge, il cherche à trouver des réponses, il décrit les étapes de sa vie, et se charge de les développer avec des mots, afin de faire partager ses introspections à la plus grande partie de son espèce. Il sait qu’il va mourir, que sa vie est limitée, il cherche donc à comprendre les mécanismes de la vie, il décrypte la mort, et cherche des indices pour arriver à s’affranchir de cette fin inéluctable.
Pour peu qu’il se trouve bien sur terre (après avoir, tout comme le lion, répondu à ses besoins primaires et naturels), il sait, au plus profond de lui, qu’il ne vivra pas éternellement, alors il a peur, et se pose des questions, et cherche des réponses, et ne peut trouver la quiétude qui est le propre de la gente animale, qui, elle, ne se pose pas tant de questions, et qui, il est vrai, n’a pas non plus de culture sémantique.

Alors il crée de toute pièce des échappatoires. Il imagine des ailleurs fabuleux, développe le contexte des rêves, des songes, des mancies. Il cherche à apporter des réponses à ce qui, par essence même, ne peut en avoir : la mort, l’avenir, le futur … tout ce qu’il n’explique pas.
Aux confins de ses peurs, naissent les religions, les magies, les mancies, les folies. Exutoire à ce qu’il ne sait pas expliquer, l’Homme dans son infinie sagesse cherche à donner un sens à ce que sa rationalité ignore. Opium des peuples ces chemins de traverse permettent à l’humanité de survivre dans les affres de l’incompréhension, et de se réfugier dans les croyances absurdes qui deviennent des cultures parallèles, paradoxe d’un cartésianisme poussé à son paroxysme.

Dès lors les réels les plus absurdes deviennent des doctrines abouties et acceptées par le peuple en devenir, les mots crée un autre ailleurs, un refuge par delà les vérités absolues, destiné à apaiser les craintes naturelles de l’homme face à son triste destin, dont il ne cesse de prendre conscience.

Sorte d’autoprotection le monde s’est modelé, comme le dit Boris Cyrulnic, sur la glaise de nos émotions. Il est trop facile d’être lion et de nous dire, que nous reproduisons des crimes car nous sommes poussés par nos émotions, qui sont, elles, guidées par un idéal naît de nos paroles, qui transcendent les réalités du monde dans lequel nous vivons.

Il faut être un homme pour nous le reprocher, car lui seul est capable de discerner ces ailleurs, atolls disloqués de nos croyances dénuées de toutes rationalités et manipulés par nos maux mis en mots.

Que peut donc en penser un lion, qui n’est autre qu’un animal terne, non pourvu d’une telle capacité à créer cette réflexion ?

Même si j’aime beaucoup cet auteur, (qui est très usité dans le cursus des formations sociales), car il apporte souvent un autre éclairage sur les réactions induites des personnes soumises à un impact relationnel quel qu’il soit, j’aime aussi prendre du recul et faire en sorte de ne pas toujours raisonner sur l’absurde.

C’est à mon sens, trop facile de démonter des théories avec ce principe de thèse, car on peut tout démontrer avec ce mécanisme là.
Cela dit, il est vrai aussi, que cela permet de donner un autre aperçu d’un fait, qui nous semblait acquis, car on sort en quelques sortes de la simple introspection.

Quelle joie de partager ces moments de pur plaisir à discutter ainsi de notions fondamentales, qui touchent au propre de l'homme et à sa nature.
Sans se perdre dans les méandres d'une philosophie à bon marché, je trouve qu'il est toujours important de se remettre en cause, et ton post, hamingja, nous en donne les moyens au moins pour quelques instants de bonheur partagé.

Mille mercis

Mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Lun 11 Avr à 1:02

Bonsoir Gaëlle,

Content que cette histoire t'ait intéressée Wink même si je ne suis pas un grand argumentateur sur ce genre de sujet, j'ajoute quand même quelques précisions.

L'auteur ne faisait pas une critique de la condition humaine, il essayait d'expliquer pourquoi la violence est inhérente à la condition humaine.
On est tous consternés quand on connaît la barbarie des hommes, il tentait de comprendre ce qui nous pousse à de tels comportements qu'on dit inhumains mais finalement très humains puisque cette violence n'existe pas chez le lion.

On a tous besoin de mots pour partager nos imaginaires qui sont des échappatoires à notre condition. Mais comme tu le dis : Pourquoi refuser notre petite condition d’humains mal inspirés ?
Je me le demande aussi.

Il y a beaucoup d'arrogance dans nos mots et nos idées, vouloir aller au-delà du temps, des méfaits du temps, essayer de s'affranchir de la mort et faire perdurer nos futurs. Je comprends ce besoin d'exister, cette peur de l'oubli mais je me repose ta question: Pourquoi avons nous si peu d'humilité face à notre condition ?
Les mythes qui ont été érigés pour mieux supporter notre fardeau, nous placent sur un piedestal bien haut. Et quand chacun se voit si beau dans sa nouvelle condition, il est difficile d'accepter que son voisin d'une autre culture, d'une autre histoire, puisse en faire autant.

Je suis d'accord qu'il est trop facile d'être lion, on n'a pas le droit de rester ignorant pour se préserver de ses responsabilités. Boris Cyrulnik demandait simplement à la suite de ce que j'ai posté, un peu d'indulgence de notre part et de laisser aux lions le temps de comprendre notre troisième et douloureux discours.

Nous vivons tous dans des mondes différents imprégnés de notre histoire, de notre sensibilité. Nos référentiels sont si intimement liés à nos vies, à nos univers sensoriels et affectifs qu'il faut du temps pour se comprendre, nous et nos horreurs. Il faut beaucoup de patience et d'humanité pour s'accepter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Lun 11 Avr à 4:16

Kikou,

C'est tellement vrai, mais au delà de ce constat amer, on peut très bien fixer nos références sur un autre registre, et affirmer, malgré la très haute estime que l'on a de nous même, que nous sommes aussi là pour accepter les autres, et faire preuve de tolérance.

Au delà du constat absolu d'arrogance de l'humain, il faut aussi voir que ce n'est pas une généralité, même s'il est vrai que cette aspect est très répendu.

Mais il y a aussi quelques âmes égarées, qui savent sourire à ceux qu'elles rencontrent et qui acceptent TOUTES leurs différences, à l'instar des lions.

Mille amitiés
Mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Que c'est beau !   Lun 11 Avr à 22:47

Kikou,

Parfois ô vent suspend ton vol ...
Par delà les abîmes insondables, la grâce fluette d'une merveilleuse métaphore se transforme un instant devant nos yeux ébahis, glissant quelques nacres de nectar, dans la banalité quotidienne.
Emue je lis et relis ces quelques mots, m'imprégnant de ces mille sens, sans jamais assouvir ma quête, tant l'illusion d'un papillon sur une rose entrouverte, subjugue mon coeur et me laisse seule avec mes songes.

Je vous livre ce précieux message, court il est vrai, mais non dénué de sens aux multiples sensations.

Le rêve est la raison d'un seul
La réalité est la folie de tous


Quelle merveille sémantique non ?

Qu'en pensez vous ?

Mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Lun 11 Avr à 23:32

J'ai toujours un peu d'appréhension quand il sagit de folie.
Il y en a une qui fait passer nos rêves en une douce ou déchirante folie qui se consomme et se consume à deux.

Un rêve est la moitié d'une réalité [Joseph Joubert]
Nous sommes tous fous d'une façon ou d'une autre. [Paulo Coelho]

Quant à l'autre folie qui nous fait miroiter un monde meilleur :

Lorsqu'un seul homme rêve, ce n'est qu'un rêve.
Mais si beaucoup d'hommes rêvent ensemble,
c'est le début d'une nouvelle réalité.
[?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
Shandrill
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 187
Localisation : Paris dans la vie, Abyme dans mes reves !
Date d'inscription : 29/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Mar 12 Avr à 10:31

SAlut tout le monde !!

j'ai lu ton texte sur les lions. je ne suis pas sure d'avoir tout compris, en fait je ne comprends pas comment on peut comparer un etre vivant avec une conscience immediate de lui meme (le lion) à un etre possedant une conscience immediate + un conscience introspective , une capacité a réaliser, à avoir conscience de sa conscience(hommes)...mais j'ai pas dû tout comprendre ...

Sinon vos citations sur la réalité et la folie sont tres belles et tres vrais, le monde n'est réel que parce qu'autrui nous confirme sa réalité, son existence en dehors de nous.
un livre tres interessant ( et tres compliqué aussi) c'est Vendredi et les Limbes du Pacifique, l'histoire revisité coté philo de Robinson Crusoe, c'est passionnant (dur a lire mais les idées sont tres enrichissantes) et puis il ya sartre, et huis clos, je m'eloigne de la notion de réalité et part sur celle d'autrui, mais je trouve les concepts intimement imbriqués, liés l'un a l'autre. ce livre ne doit pas etre pris au 1er degré mais rappelle une dure réalité :
nous savons ce que nous sommes , mais la facon dont nous existons (en dehors de nous) c'est autrui qui le faconne (malheureusement parfois), comme le dit Sartre :
L'enfer c'est les autres

(bon ca c'est de la philo, apres ya le monde de tous les jours, et pour moi ,Autrui, c'est aussi le paradis... parce que c'est un antidote a la solitude lorsqu'on parvient a tisser des relations fortes et profondes... What a Face Mais la je m'egare desolée...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Mar 12 Avr à 20:54

Bonjour Shandrill Wink

Il n'y a pas de comparaison avec les lions, ils ne peuvent pas comprendre le troisième discours. C'est juste que les hommes se la jouent un peu hautain parfois avec leurs états d'âme existentiels.

Si les lions ont été choisis c'est pour la gamme des fréquences de leur cordes vocales, elles sont facilement enregistrables. Donc ce sont eux que des éthologues indiens (ceux qui étudient le comportement de animaux) ont préféré étudier.

Sinon merci de rallonger la liste des livres que j'ai à lire Wink

En parlant d'Autrui, est-ce que vous vous êtes déjà mis à regarder les gens autour de vous dans le métro, dans la rue, à chercher ce qu'il y a de beaux en eux rien qu'en les regardant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Mar 12 Avr à 21:28

Kikou,

Oui, j'aime regarder les gens, et leur sourire, et je trouve qu'aussitôt ils sont beaux juste à cause d'un sourire, presque rien, un peu de chaleur....

D'ailleurs il y a beaucoup de réactions à un sourire, les uns fuient, les autres s'interrogent, quelques uns renvoient un sourire. J'ai déjç remarqué, que seuls les petits enfants renvoient naturellement un large sourire à quelqun qui leur sourit..

Magnifique candeur de la beauté naturelle de l'humain.....

Je suis persuadée que les autres sont notre autre, sans eux nous n'existons pas, alors que dans leurs yeux heureux et rieurs nous sommes les rois du monde Laughing

Mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Mar 12 Avr à 21:34

Kikou,

Hamingja, excuse moi si je suis brutale, mais depuis plusieurs jours je m'interroge sur ta signature.

Quel message subliminal lui assignes tu ?

Un rejet de toi même ?

Une phobie de ton image ?

Un jeu de mots au delà de tes maux de chaque jour ?

Veux tu nous en parler ?

Excuse moi, mais je n'aime pas trouver, ne serait ce qu'un soupçon de peine, auprés des gens que je cotoie, car je suis persuadée, que quelques mots et une oreille attentive, suffisent, le plus souvent, à chasser ce spleen récurant.

J'éspère que tu ne m'en veux pas ....

Mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
Alambrine Picsumac
bourgeon
bourgeon
avatar

Nombre de messages : 35
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 22/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Mar 12 Avr à 21:40

Mais tous les jours, je me noit dans les détails et les couleurs du monde et des gens. Aujourd'hui un vieil homme et sa casquette de marin sa barbe et ses long cheveux blanc, sont petit air renfrogné. Il était beau, beau dans sa différence dans son expression joviale, tout en me regardant passer sur mon vélo.
Et puis le Papa Roi comme je l'apelle. Ce père qui vient chercher ses filles à l'école dans sa Djellaba doré comme l'or avec son chapeau assorti, tel un prince des mille et une nuit. Et son sourire, aaaah quel bonheur!
Et que dire de la jeune femme sensuelle et ouverte qui travaille avec moi le mardi! Avec ses long cheveux roux, sa poitrine pulpeuse et ses éclats de rire dans la cour de l'école...
Bref chaque jour plonger dans le bonheur que nous offre nos yeux, notre odorat...
Le pantalon orange et les cheveux rouge, joliment assortie d'une jeune femme au resto U, les yeux pétillant d'un jeune homme courtisan sa belle...
Ahhh je m'y perd avec délice chaque jour, dans ce monde de détail, et chaque jour j'en retire la même plaisir.
Les gens sont beaux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/bribrine
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Mar 12 Avr à 21:46

Kikou,

Ô Alambrine, c''est tellement vrai, c'est si rare d'être autant sur la même longueur d'onde. J'adore regarder l'arc en ciel du monde et de ceux qui l'habitent.

Mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
Alambrine Picsumac
bourgeon
bourgeon
avatar

Nombre de messages : 35
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 22/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Mar 12 Avr à 22:00

Les gens me disent que c'est mon regard d'artiste qui fait que je vois cette beauté chez les gens, mais je n'y crois pas trop. Je l'ai toujours eu, avant même de me mettre au dessin et j'arrive assez bien à la communiquer à mon entourage.
Je pense que c'est une question d'ouverture, de ressenti. L'émotion est très importante, j'aime l'écouter murmurer, puis s'amplifier et alors la saisir à bras le corps et m'en délecter sauvagement, sans demi-mesure, sans concession.
Et cette émotion nait aussi bien devant une personne, une couleur ou un pigeon qui pose. Je vous raconte cette aventure, je suis toujours pleine de gratitude envers ce volatile qui c'est allongé devant moi, sans presque bouger pendant une demi-heure! Je l'ai croqué sous toutes les coutures multipliant les dessins. D'abord vite, avant qu'il ne s'envole, puis en détail! C'était suréaliste, les gens riait en me voyant faire et le pigeon ne bougeait pas. Un petit bonheur, encore une fois. Mais quel plaisir!
Enfin voilà, juste pour partager cette vision ce moment.

Pour Gaelle: j'aime lire ses petits rien qui apparaissent quelque temps après que l'on ai laissé son empreinte sur ce mur virtuel. Toujours un oeil attentif à ce que l'autre écrit, puis quelques mots pour l'encourager, pour partager. Merci d'être comme ça Gaelle.
Franchement.
Sincérement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/bribrine
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Mar 12 Avr à 23:09

C'est pratiquement tout le temps dans le regard que j'ai vu les gens beaux. A part les touristes, on ne voit pas souvent les gens sourire dans le métro. Il y a les têtes en l'air, ceux qui foncent en regardant par terre (je suis de ceux qui regardent leurs pieds). Il y a ceux qui sont désagréables, ceux qui vous laissent passer, ceux qui vous collent, il y a toujours quelque chose à voir.
Et j'aime beaucoup votre façon de voir.

Pour la signature, elle vient d'un texte que j'avais écrit. Le voilà Wink :
Citation :
Le "je" de l'attente

Je ne sais pas pourquoi je suis encore ici à une heure où personne ne passera
Pourquoi j'attends, ni pourquoi je m'ennuie dans ce jardin fleuri

J'ai le bourdon, je m'en gave comme des bonbons
J'y cueille mes incertitudes et désespère de sollicitude
Je suis las et là. J'attends, les nerfs en peine, le coeur à vif
Je guette, le pouls martelé. Je me morfonds, les sens éprouvés
Je devrais m'ignorer et m'oublier

Je ne sais pas pourquoi la nuit me force à venir ici, à me faire craindre l'oubli
Je ne sais pas pourquoi ce "je" s'impose un tel état et s'enivre d'un tel fracas

Je sais peu de choses,
Ce "je" se hait et vomit narcisse chaque nuit

Je passe et repasse, tourne et me retourne
Et je me dis:
Quelque soit l'attente, persiste toujours l'espoir
Et dès lors cet ennuyeux "je" s'évanouira aussitôt heureux
Ma chère, ma tendre, il ne peut exister que dans tes yeux

Merci pour ton attentionGaëlle, mais ne t'inquiète pas. J'ai rarement le spleen quand je ne suis pas seul, je suis plutôt de bonne humeur d'ailleurs quoique très discret. Il y a parfois des passages à vide mais rien qui ne dure.

Si je vomis narcisse, c'est pour me rappeler que j'en fais un peu trop parfois Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Jeu 14 Avr à 21:29

Alambrine Picsumac a écrit:


Pour Gaelle: j'aime lire ses petits rien qui apparaissent quelque temps après que l'on ai laissé son empreinte sur ce mur virtuel. Toujours un oeil attentif à ce que l'autre écrit, puis quelques mots pour l'encourager, pour partager. Merci d'être comme ça Gaelle.
Franchement.
Sincérement.

Merci à toi d'être ainsi, et de nous faire partager tes mots d'âme, chère Alambrine.
Je suis heureuse que tu te sentes bien, et tu sais combien j'apprécie ta prose, trop rare à mon goût ! Alors n'hésites pas, tu sais combien tes mots ont la saveur du miel.

Mille mercis

Mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Jeu 14 Avr à 22:08

Kikou,

Je rebondis un instant sur la vision que nous avons des gens, et de ce que nous leur trouvons.

J’étais aujourd’hui en ville, à Grenoble, et j’avais quelques heures à tuer entre deux cessions au tribunal.

Je me suis promenée, sous le soleil, musardé serait plus juste d’ailleurs. Je n’avais ni but, ni hâte, et j’avançais dans les rues de cette belle cité au cœur médiéval.
Je suis entrée dans un parc, juste comme ça, absorbée dans mon arpente errante, et je me suis assise sur un banc.

Là, seule avec moi même, j’ai repensé à nos discussions de toiles, et j’ai souri, juste comme ça, comme toujours, avec plus de détermination sans doute …

Des enfants jouaient dans le sable, alors que d’autres parcouraient les allées du parc avec de drôles de petites calèches à pédales, et ils riaient, s’amusaient, souriaient. Tout autour d’eux, des gens pressés traversaient le parc, ignorant cette joie simple tout à côté d’eux.

Une jeune maman s’est assise à côté de moi, surveillant son rejeton turbulent, qui envoyait du sable sur ses camarades. Un père lisait son journal, quelques mamans fronçaient les sourcils, afin d’intimider le petit garnement, qui bien sûr n’en avait cure.

La maman parlait avec moi, et ne se rendait compte de rien, du manège des autres mamans.

Alors une vieille dame s’est levée, belle avec un chignon blanc et des yeux d’un bleu délavé, qui devaient avoir vu plus d’images que je n’en verrai jamais. Elle s’approche du petit garçon, lui sourit, et le prend par la main.
Subjugué et docile, il se laisse faire, elle l’installe sur ses genoux, à un banc à côté du notre, et commence à lui raconter une histoire, où se mêlent bandits, corsaires et fées.

Peu à peu les bambins s’approchent de la conteuse, et s’assoient à ses pieds, attentifs, étonnés.
Les parents n’entendant plus de bruit se regardent et s’approchent à leur tour. Nous avons fait de même.
Un groupe de jeunes qui faisaient de la musique dans l’herbe, s’étonnent eux aussi de cet attroupement et viennent écouter cette comptine enfantine.
L’un d’eux accompagne la vielle dame avec sa guitare, en soulignant juste l’essentiel de ses propos, et les actions rebondissantes.

Peu à peu les gens s’arrêtent, écoutent, s’approchent, sourient, autour d’une voix d’aïeule, sans se jauger, sans se juger, sans s’ignorer.

Un battement de cils, un sourire complice, le temps qui s’arrête un instant, sur la folie ordinaire d’une ville trop pressée.

Un moment partagé, comme les veillées ou les mondées anciennes, durant lesquel les gens se sont retrouvés, juste pour le plaisir de s’écouter.

Mille bises

Gaëlle
J’en suis encore subjuguée !

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
Alambrine Picsumac
bourgeon
bourgeon
avatar

Nombre de messages : 35
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 22/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Jeu 14 Avr à 23:00

J'aurais bien voulu être une petite sourie avec le pouvoir de téléportation, juste à ce moment là.
Ca a du être génial!
Et merci de nous faire partager cela! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/bribrine
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Ven 15 Avr à 21:58

Un instant magique, hors du temps, hors de tout sauf des oreilles médusées, des regards ahuris.
Savoir raconter les histoires est un joli don, savoir réunir des gens qui n'étaient pas destinés à la rencontre, comme s'ils venaient se réchauffer autour d'un feu de camp, un soir d'été, c'est merveilleux.

Nous avons également ici une merveilleuse conteuse thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
Armancio
bourgeon
bourgeon


Nombre de messages : 4
Localisation : Cornemuse
Date d'inscription : 27/03/2005

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Sam 16 Avr à 11:31

Voici un petit extrait du "Cantique des cantiques" Il existe d'autres traductions...

J'entends mon bien aimé
Le voici, il vient.
Il bondit par-dessus les montagnes,
Il sau par dessus les collines.
Mon bien-Aimé est comme une gazelle
comme une biche des Champs.
Le voici, caché derrière le mur,
Derrière le fenêtre et le treillage, à observer.
Mon Bien-Aimé m'apelle;
il me dit

"Lève toi et viens!
Voici que l'hiver est passé
que les pluies ont cessé.
Voici que les fleurs apparaissent
Voici la saison des chansons;
Voici que roucoule la tourterelle.
voici que le figuier a donné ses premiers fruits et que la vigne en fleur exhale son parfum.
Lève toi ma bien aimé et viens !
Ma colombe cachée aux creux du rocher
dans le secret de la falaise,
Fais moi voir ton visage, Fais moi entendre ta voix!
Ta voix est si douce
et ton visage si beau."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liosalfar
bourgeon
bourgeon
avatar

Nombre de messages : 7
Localisation : Perdue... Je ne sais où.
Date d'inscription : 14/03/2006

MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   Mer 15 Mar à 15:06

Les actions comme celle-ci sont si rares, Gaëlle...
Partout, où que je tourne mes yeux, je ne vois qu'indifférence et presque rejet de l'autre.
Je t'envie d'avoir vécu un tel moment, féerique, la magie de quelques mots créant pour quelques minutes un lieu d'amitié et de compréhension...

Armancio, quelle belle chanson... Je n'en avais jamais entendu parler... Possèdes-tu les autres traductions ?

Echec et mat...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Extraits, morceaux choisis au fil des lectures   

Revenir en haut Aller en bas
 
Extraits, morceaux choisis au fil des lectures
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Morceaux choisis [+13]
» LA VIANDE de PORC… morceaux choisis Cus289
» Sarko, morceaux choisis
» Morceaux choisis...
» [sondage] Duel Jane Austen n° 15 (Becoming Jane vs Miss Austen Regrets)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arpentes et songes :: La rose et la plume :: Sang des Muses-
Sauter vers: