Arpentes et songes

hâvre ludique où se rejoignent rôlistes amoureux des fantaisies fantastiques et poètes
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Etrange paradoxe d'équinoxe

Aller en bas 
AuteurMessage
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Etrange paradoxe d'équinoxe   Dim 3 Avr à 6:06

Kikou,

Peut on faire de la poésir en prose ?
Je ne sais pas, mais je vous livre ces quelques lignes, juste pour ça !

Etrange paradoxe d’équinoxe

Parfois, le vent se lève, et les drisses claquent soudain, tendant la grand voile dans un bruit de cordes qui s’étirent. Crissement sinistre, majesté de mouvement. Par delà les grands océans des mondes, le fier navire couché sur sa gîte file sur les embruns sauvages, chevauchant les flots déchaînés.
Le ciel se confond avec la mer, brumes grises qui happent les folies tourmentées des grandes vagues qui déferlent sur un infini d’écume.
Aujourd’hui, le soleil a rendez vous avec la lune. Etrange paradoxe de ce drôle d’équinoxe.
Par delà les cairns anciens des vieilles mancies frivoles, les fougères se taisent, toutes engluées de froid, et les roses clochettes des bruyères en fleur, teintent doucement comme un ancien appel.
Les nuages glissent sur Avalon la celte, et dans l’île les grandes prophétesses préparent leurs harangues alors que quelques korrigans jouent à se faire peur, sur les feuilles délicates de quelques nénuphars.

Libellules, escortes des fées, vrombissent doucement au dessus des étangs dans lesquels se reflète, mystérieuse et fragile, la douce rondeur de l’astre nocturne.

Autour d’un feu immense, les êtres de nos fantaisies se retrouvent et festoient, attendant sagement le secret dévoilé, augures incertains de ces nuits de pleine lune.
Les licornes affairées, batifolent effrontées dans les landes endormies, loin des contrées précaires de nos vieilles légendes.

Les oiseaux se sont tus, ils épient curieux et querelleurs, ces êtres étranges, qui dansent en farandoles, au son des fifres, des tambours et des violes. Lutins des chênaies, déchaînés, s’entrecroisent en riant dans leurs galoches maladroites. Révérences et baise mains, ils s’amusent en imitant les grands de ce monde, et se moquent gentiment.

Sur les murs de pierres sèches, qui courent dans les prairies et les bocages, farfadets et malicieux participent aussi à la fête.

Il est des soirs où les conteurs sont rois, vantant au son d’un cistre, les aventures légendaires de ces terres celtiques, de ces forêts profondes dont jamais personne n’est revenu parler.

Les pichets se vident, le brouhaha est total, chacun écoute les sombres ritournelles.

Vertigineuses falaises, qui tombent à pic, et se noient dans les remous bruissants de la mer démontée, le vieux castel souffre lui aussi dans ce reste de jour, qui se noie dans l’oubli. Ses vieilles charpentes craquent, soulevées parfois par les assauts répétés, de ce diable de vent, qui vient jouer sabbat, sur la vieille ruine, qu’il n’a de cesse de tourmenter.

A force de battre les vagues, le bateau rompu à l’exercice, se couche d’avantage, et l’eau se déverse sur les ponts, enchaînant encore un peu le vieux pavillon noir à l’issue fatale vers laquelle le mène sa folie.

Tu écartes tes bras. Je t’aime tant, tu es si beau, si sombre, dans ces auras de mystères que tu dresses si habilement. Au dessous, la contrescarpe, et derrière nous la folie des vagues enchaînées qui se brisent déchaînées sur les rocs aigus de la sombre falaise.
Mais le cœur a ses raisons que la raison ignore. Je me colle contre son torse puissant, tout contre.
Je lui caresse le dos, alors qu’il défait le voile de ma nudité. Nos lèvres se rencontrent, se plaisent se lient.
Doucement il me couche sur les gerbes fragiles, de quelques joncs graciles, et nous nous aimons.
Je lui donne mon plus précieux trésor, alanguie, ébahie, et je sais qu’à l’aube je ne serais plus rien pour lui. Toutes me l’ont déjà dit.

Brutale douceur d’une extase abyssale, nous faisons corps, ensemble, unis pour la nuit.

Je crois qu’au royaume des étoiles, je n’avais jusque là jamais été admise.
Larmes salées, joie transcendée, en cette nuit de trouble et de joie, je lui ai offert mon âme, et il me l’a volée.

Nos corps qui roulent dans les voiles de lin d’un blanc gâché, taché !
Quelques gouttes de sang, par delà les hymens foudroyés aux portes de l’autre monde.
Adieu enfance, bonjour tristesse.
Déjà la femme perce sous les traits doux et juvéniles de la petite fille.
Quelle fée attendrie s’est posée sur mon berceau ?
Ai je été oubliée ?
A quelques lieues de là pourtant, elles dansent autour de leur reine.
J’ai mal, est ce cela le bonheur ?
Est ce ceci l’amour dont on parle toujours sans jamais rien en dire ?
Chacun vit il son propre amour ?
Toutes ces questions qui sabordent mon bonheur, alors que ses lèvres tièdes raniment mon désir.
La pluie redouble pourtant. Au delà des océans d’errances, au delà des croyances, ethnies multiples, fantaisies et légendes se jouent des malices, les rêves se posent et se gouttent, les folies parcourent les mondes et se rejoignent parfois, les nuits d’équinoxe, étrange paradoxe.

L’amour est un ciment commun à chacune d’elle. Loin par delà les mille vastes mondes, il y a des histoires d’amour, tantôt tristes, tantôt belles, elles se vivent toutes à l’unisson de nos jours.
Des vierges de mars, aux vestales assagies, diamant de roses, calices merveilleux, combien d’entre nous n’ont elles déjà subies les larmes amères de passions cruelles ?

Quelques hululements, les dames de la nuit s’affairent, par delà les feux grégeois de nos passions éphémères, et le ressac qui nous apporte ses bruines. Le vent redouble, là bas le bateau s’est couché. La voile dégingandée recouvre, douloureuse, les affres endormies des linceuls marins.
Combien sont ils cachés sous les flots émeraudes de ces gouffres limpides, à hanter à jamais les palais des sirènes ?
Combien de croix rajouterons nous ce soir au cimetière des disparus ?
L’effroi me saisit, et la houle claque dans les impasses de ma petite vie. J’entends les rires des invités à la fête. Diables et esprits, tous ceux qui hantent nos croyances, nos âmes d’enfants, pour combien de temps ?

Il se retire doucement de mon fourreau de chairs, je ne vois que son ombre dans mes yeux embués de larmes et de peurs. Il dépose un baiser sur le coin de mes lèvres, se relève et s’en va sans ajouter un mot.
J’ai mal, mon cœur saigne lui aussi, pacte étrange aux relents de connivences. La lune émerge enfin de ces brumes qui la nimbent dans des ouates de soies mauves.
La grande prêtresse ouvre ses bras et s’adresse à la foule bigarrée. Devant elle, une coupole aux mille fumeroles, distille les avenirs aux mancies ancestrales. Les grands loups se taisent un instant, et la clairière ne résonne plus que de son discours.
Elle dit que le monde perd ses vieux rêves, que les légendes se font de plus en plus rares, que les hommes ne croient plus aux fées, que les troubadours cathodiques s’éloignent des rivages d’une errance emplie de superstitions.
Les fougères ne sont plus les refuges des korrigans, la bruyère n’accueille plus les amours volages des satyres experts, les humains vivent avec de nouvelles œillères, qui les empêchent de croire à ce monde de fables, qui s’érode comme glace au soleil, entraînant dans sa chute la vie de tous ces peuples nés de nos imaginaires.
Il n’y a plus de rires dans les chaumières, et les enfants préfèrent jouer avec leurs consoles plutôt que d’ouvrir les vieux grimoires, et courir après les maisons de sucre d’orges.

Le mât finit de couler, la mer se déchaîne d’avantage, drossant sur le récif les mille morceaux de la fière caravelle. Les nuages noirs recouvrent la scène, et je pleure à celui qui m’a tout pris, et que ne verrai plus.

Combien sont ils à avoir perçu le cri que j’ai poussé, lorsque j’ai voulu rattraper la lune en sautant par delà les récifs noirs de la contrescarpe offrant ma nudité aux arrêtes aiguisées des rochers de la côte ?

Et lui, l’a t il seulement entendu ?

Pourtant ce sont les sirènes qui m’ont accueillie dans l’eau glacée de cette nuit d’équinoxe, pour me conduire en leur palais d’or et d’argent, où elles m’offrir un statut de reine.

Etrange paradoxe !


mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Etrange paradoxe d'équinoxe   Mar 5 Avr à 0:07

Très joli texte Gaëlle même si je ne suis pas le mieux placer pour le comprendre.

Un croissant de lune tel un plongeoir. Du haut d’un nuage d’espérances, s’élancer et s’immerger dans un océan de douceur. Se rêver vestale pour préserver le cœur de ses dédales. Il y a des raisons que la raison n’ignore point, elle feinte de ne pas les connaître pour mieux s’y soumettre.

Voleur d’innocence, immonde main intruse, profanatrice de cœurs et d’âmes, combien faut-il de cris étouffés dans l’écume des pleurs, de sirènes aphones et pétrifiées par la peur ?

La raison n’ignore pas les raisons du cœur et lui laisse volontiers l’initiative. Seulement, le cœur oublie parfois la poésie de sa délicate mélodie.

Puissions-nous écouter le cœur jouer sa douce partition pour ne pas perdre la raison et vivre à l’unisson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Etrange paradoxe d'équinoxe   Mar 5 Avr à 1:22

hamingja a écrit:

Voleur d’innocence, immonde main intruse, profanatrice de cœurs et d’âmes, combien faut-il de cris étouffés dans l’écume des pleurs, de sirènes aphones et pétrifiées par la peur ?
Puissions-nous écouter le cœur jouer sa douce partition pour ne pas perdre la raison et vivre à l’unisson.

Le cœur a ses raisons, que la raison ne connaît pas. Au delà de ces quelques vers, il te faut savoir si l’amour est un terrible fardeau, ou, bien au contraire, une merveilleuse chose.

Lui seul peut bâillonner ta peine, anéantir ta haine, et étouffer tes cris. Mais au delà de lui, si fort soit il, il ne peut jamais s’accorder à peur ni même à pleurs.

Quant à ce voleur, qui semble pervertir ta vie, il n’a pas droit à l’amour, ni même au mépris.

De lui il faut t’affranchir, sans faillir, sans pâlir, car tu n’es en rien fautif, juste une victime, qui se voit bafouer par le mépris outrancier de ton âme blessée et pervertie, à jamais, par la folie absurde d’un amour immonde.

Les sirènes ne restent jamais longtemps aphones, et la peur t’enfermera trop longtemps dans les turpitudes asphyxiantes d’une horrible perversion. Déjà tu esquisses le premier pas, délivres toi, n’hésites pas, ne restes pas seul à hurler ta peine !

N’oublie pas, tu n’y es pour rien, ne te laisses pas aveugler par la folie des uns, il en va de ta vie, de ton être, de ton corps, de ton âme. C’est à toi de te révolter, ne te laisses pas tuer !

Courage !

Mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
vesper tinn
fleur
fleur
avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : au milieu d'un lac
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Etrange paradoxe d'équinoxe   Mar 5 Avr à 10:35

oups désolé, je n'ai pas écrit ces mots en parlant de moi Embarassed j'avais précisé que je ne suis pas le mieux placé pour comprendre ces choses là.
Même s'il y a toujours une part de vérité dans ce qu'on écrit, il n'y a pas à s'inquiéter, je ne suis pas dans ces mots là.

Je retiendrai quand même tes dernières phrases, merci Gaëlle
Désolé pour cette confusion Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ygora.net
Phénalène Durchêne
bourgeon
bourgeon
avatar

Nombre de messages : 28
Localisation : Toujours à surveiller ma Cygneline
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Etrange paradoxe d'équinoxe   Mar 5 Avr à 17:07

Pour que les coeurs battent en choeur,il faut tout d'abord se connaitre l'un et l'autre par coeur...

Un lutin qui adore courir tout nu dans l'herbelette perleuse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëlle
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 225
Localisation : Vercors et Brocéliande
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Etrange paradoxe d'équinoxe   Mar 5 Avr à 23:18

hamingja a écrit:
oups désolé, je n'ai pas écrit ces mots en parlant de moi Embarassed j'avais précisé que je ne suis pas le mieux placé pour comprendre ces choses là.
Même s'il y a toujours une part de vérité dans ce qu'on écrit, il n'y a pas à s'inquiéter, je ne suis pas dans ces mots là.

Je retiendrai quand même tes dernières phrases, merci Gaëlle
Désolé pour cette confusion Embarassed


Kikou,

Ne t’excuse pas, les mots virevoltent, se cachent, se forment et se reforment, au delà de leurs gangues de soie, ils épousent parfois les contours du soleil, qui les éclaire de mille façons leur offrant chaque fois, un sens différent.

Chacun les prend à plaisir, les interprète à sa façon, jaugeant de l’éclairage, sous lequel il les voit.

La vérité est diffuse, éparpillée dans les limbes de nos pensées intimes, au milieu des folies et des rires, des pleurs et des larmes.

Alors se forme le creuset, l’ultime graal de nos savoirs, une communion subliminale, une alchimie profonde.

Et de ce calice précieux, la métamorphose commence, dénouant tout doucement, la trame de nos certitudes.

Mille mercis

Mille bises

Gaëlle

_________________
Un sourire ne coûte rien, mais il donne tellement ...
Le rêve est la raison d'un seul
la réalité est la folie de tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpentes-et-songes.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etrange paradoxe d'équinoxe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Etrange paradoxe d'équinoxe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Etrange histoire de Benjamin Button
» "O&P": dans l'oeil du paradoxe
» Un etrange melange de peintures :D
» L'Etrange Histoire de Benjamin Button
» Etrange lumière ce soir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arpentes et songes :: La rose et la plume :: Sang d'encre-
Sauter vers: